Chaudières-Appalaches

La Ferme pédagogique Marichel: un lieu unique pour apprendre aux jeunes les multiples liens entre la terre et l’assiette

Le 11 mars 2019

Télécharger le PDF

Au-delà de récolter des légumes et flatter des animaux, les enfants de 5 à 16 ans peuvent prendre part à une foule d’activités agricoles à la Ferme pédagogique Marichel à Sainte-Agathe-de-Lotbinière.

ferme Marichel

Une histoire de famille cultivée et bien élevée

Fruit de la passion pour l’agriculture et la récréologie de Marielle Martineau et Michel Gendreau, la Ferme pédagogique Marichel voit le jour en 1995. Depuis lors, elle regorge d’occasions d’apprendre dans le plaisir, un concept simple et totalement sensé. « Faire le lien entre la terre et notre assiette par des actions concrètes et des liens tangibles dans un environnement agricole, c’est d’une logique évidente quand on y pense », explique Alexandra Gendreau-Martineau, fille des fondateurs, agricultrice-éducatrice, et ambassadrice 100° depuis décembre 2018.

C’est cette même philosophie qui anime toujours ses parents et chaque membre de l’équipe qui contribue à faire de ce projet un succès depuis bientôt 25 ans. « L’idée a toujours été de vivre de l’agriculture pour pouvoir en parler en toute connaissance de cause, d’avoir les pieds dedans et de partager ce quotidien, ajoute-t-elle. Je veux rendre l’agriculture accessible et je suis convaincue du pouvoir de l’éducation pour notre avenir à tous. »

ferme marichel

Jouer dans la terre de chez nous

Pour offrir au plus grand nombre la possibilité de se mettre les pieds dedans eux aussi, la ferme Marichel propose différents camps de vacances pendant l’été, ainsi que des classes-nature d’un jour ou plus pour les groupes scolaires lors des mois plus chauds que froids. Les activités quotidiennes sont totalement flexibles, ce qui est plutôt normal dans ce cadre. « Sur une ferme, chaque journée est différente et tout ce qui nous entoure devient un sujet de curiosité et d’apprentissage dans nos animations avec les enfants », explique Alexandra Gendreau-Martineau. Ainsi, les jeunes peuvent apprendre dans un environnement familial, convivial et spontané, mais surtout réaliste. « Les enfants ne nourriront pas les moutons s’ils arrivent en matinée parce que c’est déjà fait à ce moment de la journée, ajoute-t-elle. Quand les animaux dorment, on ne les dérange pas juste pour le plaisir. »

Sur place, selon la routine des animaux, les jeunes peuvent entre autres soigner les moutons, apprendre comment tisser la laine, fabriquer des chandelles à partir de cire d’abeille tout en apprenant l’importance des insectes pollinisateurs, et récolter les légumes et fruits dans le jardin à l’automne. « L’agriculture et l’alimentation touchent tout le monde, partout dans le monde, parce qu’on doit manger tous les jours, renchérit Alexandra. Mieux comprendre cette réalité et ce qui l’accompagne dans un éventail très large de sujets permet donc de faire preuve d’ouverture et surtout d’alimenter de nombreux apprentissages sur nous-mêmes, notre monde et ce qui le constitue. C’est ce qu’on fait tous les jours à la Ferme Marichel ! »

ferme marichel

L’un ne va pas sans l’autre

Et pour passer tous ces beaux messages aux tout petits, c’est Vertige, la mascotte de la ferme, qui a l’honneur de leur révéler le grand secret de la vie : tout est relié ! « Lorsqu’on demande aux enfants de nommer la chose la plus importante selon eux, ils ont tous des réponses différentes : l’amitié, le soleil, la pluie, l’eau, le fermier, le foin, ajoute-t-elle. Ils font des liens entre les apprentissages acquis pendant nos activités. Vertige leur explique que la vie est comme une toile d’araignée où tous les éléments sont reliés. Si on enlève un élément, certains fils ne tiennent plus. »

ferme Marichel

Ainsi, pour éduquer les éducateurs dans le même sens, des formations seront bientôt offertes au personnel des milieux scolaires et communautaires. « Nous développons en ce moment une formation et un accompagnement adaptés pour des intervenants et animateurs de différents milieux qui voudraient développer des services pédagogiques relatifs au milieu agricole ou intégrer certaines notions agroalimentaires dans leur programmation, conclut Alexandra. [L’objectif étant] qu’ils soient outillés afin de bien communiquer ces éléments aux enfants. » Une chose est certaine: la passion d’Alexandra est contagieuse et donne envie de nous inscrire sur-le-champ !

Crédits photos: Ferme pédagogique Marichel



Télécharger le PDF