Beauharnois-Salaberry

Faire bouger les petits, tout un défi!

Le 17 mars 2017

Apprendre à sauter, à glisser, à courir, à passer par-dessus ou en-dessous d’un obstacle : voilà des compétences liées à l’activité physique que doit acquérir un enfant dans ses premières années de vie. Bouger, c’est prouvé, aidera le petit d’aujourd’hui à devenir un grand en forme dans quelques années.

Intégration des recommandations du guide « Gazelle et Potiron » dans Beauharnois-Salaberry

C’est, en gros, le principe qui a guidé la coordonnatrice en saines habitudes de vie pour Vie en forme dans Beauharnois-Salabery, Brigitte Asselin, dans l’élaboration d’un grand projet qui dure depuis 2012 et qui vise à former les éducateurs et éducatrices à la petite enfance en développement moteur.

Créer des liens

« Mon rôle a été de trouver une façon de pérenniser les formations qui étaient données dans les CPE et les milieux familiaux en développement moteur, explique Brigitte Asselin. J’ai été en contact avec des personnes-clé au Collège de Valleyfield et avec la collaboration de Québec en Forme, nous avons réussi à monter un programme de formation en développement moteur. »

Le projet a été un tel succès que Vie en forme a pu financer tous les milieux de garde qui souhaitaient recevoir cette formation. Au fil des années, les apprentissages donnés ont été modulés par les besoins et les demandes du milieu.

Des espaces à utiliser

En consultant les milieux de garde dans trois MRC, soit Beauharnois-Salaberry, Haut-Saint-Laurent et Jardins de Napierville, on s’est rendu compte que beaucoup de milieux n’utilisaient pas les espaces qu’ils avaient déjà et qui pouvaient être consacrés au développement moteur.

Parfois, on constatait que soit les éducateurs et éducatrices, soit les directions, soit les parents n’étaient pas sensibilisés à l’importance du développement moteur.

« L’entourage de l’enfant au complet est responsable de s’assurer qu’il développe ces capacités », commente Brigitte Asselin.

 

Jouer dehors

« En gros, ce qu’on nous a demandé, c’était un renouvellement des apprentissages que les employés des milieux de garde avaient vus durant leurs cours. Nous, on est allés directement dans les milieux pour rafraîchir les connaissances. »

Parmi les thèmes abordés, on retrouve l’importance du jeu extérieur, des idées pratiques de jeux, des idées d’activités, des façons de bouger sans mettre en place une activité organisée, comme la marche pour se déplacer.

Comme le rappelle Brigitte Asselin, un jeune qui apprend les rudiments de l’activité physique et qui prend goût à bouger très tôt dans sa vie deviendra, une fois à la maternelle, un élève plus épanoui, plus en forme, et qui apprendra plus facilement!