Accès universel

Recherchés : enseignants en éducation physique pour un court sondage

Le 11 juin 2020

Une équipe de chercheurs, de cliniciens et d’enseignants de l’Université de Montréal et du Centre de recherche du CHU Sainte-Justine invite les enseignants en éducation physique, au primaire et au secondaire, à participer à une étude par l’entremise d’un court sondage.

Il s’agit de la première phase d’une recherche intitulée : Identifier les compétences/mouvements fondamentaux des utilisateurs de fauteuil roulant manuel pédiatriques : un pas en avant vers le développement de l’éducation physique inclusive et de la participation sociale1.

Il est important de noter que le sondage s’adresse à tous les professeurs d’éducation physique et à la santé, même ceux qui n’ont jamais eu d’élèves en fauteuil roulant. « C’est parce que nous cherchons aussi à brosser un portrait global de la situation, explique Jade Thibault, dont le mémoire de maîtrise va porter sur la première phase de cette étude. On souhaite, par exemple, que les enseignants nous disent si leur gymnase est accessible en fauteuil roulant. Si leur école l’est aussi. Et combien d’heures d’activité physique sont dispensées par semaine, etc. Bref, le sondage est conçu pour n’exclure personne et pour que toutes les réponses soient pertinentes pour nous. »

Habiletés et autonomie

On sera étonné de l’apprendre, mais les jeunes en fauteuil roulant ne bénéficient pas, en général, de la formation nécessaire pour savoir comment l’utiliser efficacement dans la vie quotidienne. Par exemple, comment monter une chaîne de trottoir ou exécuter un virage serré. « Cette situation, précise Jade Thibault, est attribuable à un manque de ressources et, surtout, de temps. Car très souvent, les enfants reçoivent leur fauteuil roulant pédiatrique juste avant le début des classes. C’est entre autres une des raisons pour lesquelles on souhaite explorer la possibilité de dispenser ce genre de formation dans le cadre des cours d’éducation physique. »

Il est important de rappeler que le fait de ne pas maîtriser les bases du pilotage de son fauteuil roulant peut avoir des impacts importants sur le niveau d’activité physique et sur l’autonomie du jeune. D’autant plus que nos environnements bâtis sont peu adaptés à ce mode de déplacement. Et d’autre part, un peu comme pour la bicyclette, ces aptitudes s’acquièrent plus facilement lorsqu’on est jeune.

Or, il existe, déjà depuis longtemps, un programme d’habiletés en fauteuil roulant adapté pour les enfants. Sauf qu’il n’a pas encore été implanté nulle part. « C’est cette lacune que l’on souhaite combler grâce à notre étude, ajoute Jade Thibault. Nous cherchons à identifier les meilleures manières de donner l’accès à ce programme aux jeunes en fauteuil roulant. Où et quand peut-on transmettre ces apprentissages qui sont essentiels pour les aider à devenir beaucoup plus autonomes ? »

De la théorie à la pratique

Jade Thibault explique que l’étude a en outre été conçue de manière à devenir un véritable projet participatif. « On veut rejoindre les enseignants pour collaborer avec eux afin de mettre en place, si c’est possible, un programme basé sur nos connaissances théoriques, mais adapté à leur réalité. D’autre part, nous sommes avides de connaître les trucs ou les stratégies développées par les professeurs d’éducation physique qui ont enseigné à des jeunes en fauteuil roulant. Il existe sans doute, parmi eux, une perle rare… et on veut la trouver pour bonifier nos outils. Et se servir de cette expérience sur le terrain, de ce savoir-faire, pour inspirer d’autres enseignants. »

L’appel est donc lancé à tous les professeurs d’éducation physique qui travaillent dans une école primaire ou secondaire du Québec (spécialisée ou régulière), travaillant ou non avec des utilisateurs de fauteuils roulants manuels pédiatriques, pour qu’ils répondent à ce sondage en ligne qui ne prendra que 20 minutes de leur temps. L’important, c’est de participer.

1Financée par la Société inclusive, cette recherche a été approuvée par le comité d’éthique du Centre de recherche du CHU Sainte-Justine.