En rafale

Survol de l’actualité : 11 mars 2019

Le 11 mars 2019

Au menu, cette semaine, le sport comme médicament, une première récolte au Nunavik et un nouveau site pour rencontrer l’âme sœur par réfrigérateurs interposés…

Activité physique

enfant télévision

Télé et chambre à coucher des enfants ne font pas bon ménage

Les résultats d’une étude de l’Université de Montréal montrent que les enfants de 4 ans qui possèdent une télévision dans leur chambre courent plus de risques d’avoir de moins bonnes habitudes alimentaires et d’être en surpoids parvenus à l’adolescence. De plus, ils seront davantage susceptibles de manifester un plus faible niveau de sociabilité et d’éprouver une détresse émotionnelle plus grande, ainsi que des symptômes de dépression, de victimisation et d’agression physique. Ces résultats, soulignent les chercheuses, confirment la grande pertinence des recommandations de la Société canadienne de pédiatrie en matière de périodes maximales de temps d’écran qu’il est souhaitable d’accorder aux enfants.
Pour en savoir plus, lire notre article

Le jeu libre, essentiel au développement des enfants

Le Regroupement des centres de la petite enfance de la Montérégie (RCPEM) préconise que les milieux éducatifs (petite enfance et école) doivent adopter un mandat clarifiant l’importance du jeu libre. Il importe, souligne le RCPEM, d’accorder aux enfants et aux jeunes tout le temps nécessaire pour jouer, suivre leurs instincts, sans se voir imposer des exigences de résultat. Car le jeu libre favorise la santé physique et la motricité; la santé mentale et la stabilité émotive; la santé sociale et le travail d’équipe; l’apprentissage et l’attention à l’école; la résilience et la gestion des risques. Le Regroupement lance cet appel dans la foulée des énoncés de position publiés, en début d’année, tant par l’Association canadienne de santé publique que l’American Academics of Pedriatrics, et selon lesquels il existe un lien solide et indéniable entre le jeu initié par l’enfant et l’apprentissage.
Source : Regroupement des centres de la petite enfance de la Montérégie

Prescrire le sport avant même les médicaments ?  

Un volumineux rapport de l’Inserm, en France, recommande de prescrire une activité physique à tous les malades chroniques. Et même, dans le cas de certaines maladies chroniques (dépression légère à modérée, diabète de type 2, obésité, artérite des jambes) les auteurs affirment que les médecins auraient avantage à prescrire des séances d’exercice physique à leurs patients, avant même de recourir à la médication. Se basant sur l’analyse de plus de 1800 études, les chercheurs considèrent que l’activité physique est une thérapeutique à part entière dans le traitement des maladies chroniques. Il s’agit d’un changement radical d’approche puisque, auparavant, on prescrivait du repos aux malades. Au contraire, il faut désormais proposer des activités physiques personnalisées, adaptées aux goûts, aux capacités et aux limites de chaque patient. Autrement dit, une marche par jour garde le docteur à distance…
Source : Le Figaro

Agroalimentaire

Nunavik : une première récolte de légumes frais

Environ 150 plants de bok choy, de chou frisé et de basilic ont gracieusement été distribués, pour l’occasion, aux ménages de Kuujjuaq. Car c’était la toute première récolte réalisée à même le conteneur hydroponique installé dans le cadre d’un projet pilote de la Société du Plan Nord, en partenariat avec la Société Makivik et l’épicerie locale Newviq’vi. Si tout fonctionne comme prévu, on pense mettre en marché quelque 400 plants par semaines. Les partenaires se donnent jusqu’en 2020 pour évaluer la rentabilité de leur modèle qui, le cas échant, pourrait être implanté dans d’autres communautés inuites. C’est un premier pas vers une plus grande autonomie alimentaire dans le Grand Nord.
Source : ICI Radio-Canada

Les mauvaises influences alimentaires des influenceurs sur les médias sociaux

On les appelle les vloggers, parce qu’ils s’expriment à l’aide de vidéos hébergées sur YouTube. Et ils sont très populaires auprès des jeunes. Des chercheurs ont montré, de manière expérimentale, que ces influenceurs peuvent inciter les jeunes (9 à 11 ans) à consommer de la malbouffe lorsqu’ils en font la promotion. Mais là s’arrête leur pouvoir, semble-t-il, puisque, à la place, s’ils vantent les mérites des fruits et légumes frais, cela ne conduit pas les jeunes à en consommer plus. Autrement dit, le marketing de la malbouffe, dans des environnements comme les nôtres, est plus efficace auprès des jeunes que tous les efforts de promotion en faveur d’une saine alimentation. D’où l’impérieuse nécessité d’encadrer la publicité ciblant les enfants.
Pour en savoir plus, lire notre article

Les menus de restaurants-minute n’ont cessé d’engraisser au cours des 30 dernières années

De 1986 à 2016, les grandes chaînes américaines de restauration rapide ont travaillé à diversifier leur offre. On compte aujourd’hui 226 % plus de plats principaux, d’à-côtés et de desserts qu’en 1986. Or, selon une étude toute récente, dans le cas des plats principaux et des desserts, les portions n’ont cessé d’augmenter. Ce qui accroît bien sûr le compte des calories ingérées de même que les quantités de sodium. Les portions des à-côtés, quant à elles, sont demeurées relativement les mêmes. Toutefois, elles contiennent plus de calories et de sodium qu’auparavant. Autrement dit, les consommateurs doivent faire preuve de prudence et même se méfier des salades et des yogourts au menu de ces établissements. À titre d’exemple, une simple salade César peut facilement contenir plus de 500 kcal, soit le quart des besoins quotidiens d’un adulte. Alors, un chausson avec ça ?
Source : New York Times

Mobilité durable

La marche et le vélo pourraient résoudre la crise majeure de santé publique aux États-Unis

La League of American Bicyclists vient de publier son Benchmarking Report, un document de 409 pages qu’elle résume ainsi : plus de marcheurs et de cyclistes amélioreraient radicalement la santé des Américains tout en réduisant la congestion. Un optimisme qui tranche avec le sombre portrait de la situation actuelle, alors que le nombre de piétons et de cyclistes qui perdent la vie ne cesse d’augmenter. Toutefois, si globalement les auteurs du rapport déplorent le manque d’investissements dans des infrastructures qui garantissent la sécurité des piétons et des cyclistes, localement ils relèvent quelques cas exemplaires desquels s’inspirer. Portland, en Oregon, qui compte la plus forte proportion de cyclistes, est la ville des États-Unis où l’on enregistre le plus faible taux de mortalité à vélo. Les statistiques montrent d’ailleurs que le taux de mortalité diminue à mesure que le nombre de cyclistes augmente. Une belle validation du principe de la « sécurité par le nombre ».
Sources : Forbes

Alimentation

Les Canadiens consomment toujours moins de fruits et légumes

Entre 2004 et 2015, la consommation de fruits et légumes aurait diminué de 13 % au Canada, révèle une étude de l’Université de Colombie-Britannique. Cela signifie que les Canadiens auraient consommé, en moyenne, 4,6 portions de fruits et légumes par jour, comparé à 5,2 en 2004. Une diminution qui a surpris les chercheurs et qui, surtout, éloigne les consommateurs des recommandations du Guide alimentaire canadien, lesquelles préconisent de consommer de 7 à 10 portions de fruits et légumes par jour ! Selon les chercheuses, cette situation pourrait s’expliquer par des contraintes budgétaires. Il est d’ailleurs bien établi que, au Canada, un ménage sur huit éprouve de la difficulté à payer son panier d’épicerie.
Source : ICI Radio-Canada

Inusité

Accepteriez-vous de fréquenter une personne en fonction du contenu de son frigo ?

Si la proposition peut paraître saugrenue, la compagnie Samsung, elle, la prend très au sérieux. De fait, entre autres fabricant d’électroménagers, l’entreprise a créé une application en ligne appelée refrigerdating, une sorte de Tinder des tablettes de réfrigérateur. Alors, au lieu de choisir l’âme sœur parmi une foule de visages, l’utilisateur navigue entre des images qui détaillent les contenus de frigos. Des frigos « intelligents », équipés d’une caméra branchée sur le Web, et bien entendu vendus par la compagnie qui vante leur transparence… Car, précise-t-elle sur son site, pour que l’amour soit au menu (sic), ce qui compte, c’est ce que l’on trouve à l’intérieur… de son frigo ! C’est ce qui s’appelle prendre son conjoint par le ventre. Mais, surtout : on n’arrête pas le progrès !…
Source : TreeHugger