En rafale

Survol de l’actualité : 14 juillet 2020

Le 14 juillet 2020

Au menu, cette semaine, déconfinement sécuritaire dans les parcs, guide d’implantation de l’agriculture urbaine et un nouveau terrain de jeu entièrement inclusif.

Environnement

La protection de la nature est bénéfique pour la santé de l’économie et des humains

Un rapport indépendant de l’organisation Campaign for Nature affirme que d’étendre à 30 % les aires protégées terrestres et marines rapporterait 5 fois plus qu’il n’en coûterait pour y parvenir. Ses auteurs veulent déboulonner le mythe selon lequel nous serions obligés de choisir entre la protection de l’environnement ou bien le développement de l’économie. L’agriculture, la foresterie et les pêcheries profiteraient largement de ces bénéfices, précisent-ils. Et c’est sans compter les services écologiques rendus ainsi que la lutte aux changements climatiques. À cela, il faudrait ajouter les nombreux impacts bénéfiques pour la santé physique et mentale des individus comme vient de le souligner le rapport québécois La Planète s’invite en santé. Un titre qui laisse clairement entendre que la protection de l’environnement fait partie intégrante d’une stratégie de prévention en santé. Cela dit, avec ses 10,7 % de milieux terrestres et 1,9 % de milieux marins protégés, le Québec a visiblement encore beaucoup de travail devant lui.
Source : Campaign for Nature

L’État du Vermont vient de bannir la mise au rebut des déchets organiques

Depuis le début du mois, il est interdit aux Vermontois de jeter à la poubelle pelures de carottes, trognons de laitue ou même coquilles d’œuf. Est-ce à dire que des inspecteurs vont se mettre à éventrer les sacs d’ordures à la recherche de contrevenants ? Certes pas. L’État n’en aurait pas les moyens, d’autant plus que selon une étude de l’Université du Vermont, 72 % des citoyens font eux-mêmes leur compost ou participent à la cueillette de résidus organiques quand ils ne vont pas les porter directement aux nombreux sites de compostage sur le territoire. Plutôt que d’opter pour la coercition, le Vermont a choisi de consolider les bonnes pratiques et d’encourager leur acquisition en les rendant encore plus faciles. Des fonds seront donc débloqués pour, entre autres, accroître la cueillette à domicile et pour construire des biométhaniseurs capables à la fois de produire du gaz naturel renouvelable et des engrais naturels qui vont retourner aux champs. On connaissait la conscience environnementale des Vermontois, mais un taux de récupération des résidus organiques de 72 %… chapeau bas !
Source : Fast Company

Agriculture urbaine

Le guide de bonnes pratiques à l’usage des municipalités

On attendait la sortie de ce guide depuis trois ans déjà et l’attente n’aura pas été vaine. Jean-Philippe Vermette, directeur aux interventions et politiques publiques au Laboratoire sur l’agriculture urbaine, l’applaudit, car, à ses yeux, le guide est très bien fait. « Il est complet, précise-t-il. Il recense des exemples d’un peu partout au Québec. Toutes les notions sont bien exposées, références à l’appui. On ne dénote aucun oubli majeur. Je suis vraiment satisfait. » Cet ouvrage de référence, destiné aux municipalités, aux municipalités régionales de comté et aux communautés métropolitaines, a pour but de soutenir la culture et l’élevage en milieu urbain pour favoriser la distribution de sa production et encourager les réseaux d’agriculture urbaine. En plus de présenter les avantages et les défis de l’agriculture urbaine et de dessiner les grandes lignes de son intégration, il contient une boîte à outils ainsi que des fiches de bonnes pratiques.
Pour en savoir plus, lire notre article

COVID-19

Déconfinement : des balises pour l’utilisation des parcs et espaces verts urbains

Un document de l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) rappelle que les parcs représentent un des rares lieux sécuritaires offrant la possibilité de s’adonner à différentes activités physiques et sociales, tout particulièrement dans un contexte de pandémie. Et puisque, en tout temps, ils sont bénéfiques à la santé physique et mentale des individus, il est primordial de les rendre équitablement accessibles à l’ensemble de la population en général, tout en respectant les règles sanitaires dictées par la pandémie. En conséquence, le document de l’INSPQ détaille toute une série de recommandations destinées aux usagers des parcs et des espaces verts afin qu’ils évitent de propager, voire de contracter le SARS-CoV-2. D’autre part, dans l’optique où l’on doit s’attendre à ce que leur achalandage soit plus élevé qu’en temps normal, le document propose des mesures d’entretien et des aménagements transitoires pour favoriser la distanciation physique de nos précieux parcs et des espaces verts.
Source : Institut national de santé publique du Québec

Agroalimentaire

La Commission européenne dévoile son ambitieuse stratégie « de la ferme à la table »

Découlant du tout aussi ambitieux Pacte vert pour l’Europe, Bruxelles annonce vouloir moderniser le système alimentaire européen pour qu’il devienne plus équitable, sain et respectueux de l’environnement. La Commission souhaite la mise en place d’un système de production, transformation, distribution et consommation alimentaire durable qui garantisse : « un approvisionnement suffisant et diversifié en denrées alimentaires sûres, nutritives, abordables et durables à toute personne en tout temps, notamment en temps de crise ». Pour atteindre ses objectifs, Bruxelles s’est doté d’un plan d’action en 27 mesures dont certaines sont étayées par des rapports qui étaient très attendus, notamment celui qui porte sur les allégations nutritionnelles de la santé afin de « faciliter l’adoption de régimes alimentaires plus sains et à encourager la reformulation des produits ». Et sur la base d’un autre rapport, la Commission annonce déjà son intention de proposer, d’ici 2022, un étiquetage nutritionnel obligatoire harmonisé sur le devant des emballages pour permettre aux consommateurs de faire des choix sains. On doit s’attendre à ce que s’engage bientôt une colossale partie de bras de fer avec l’industrie agroalimentaire. À suivre…
Source : L’actualités alimentaire

Santé et société

Promotion des produits de vapotage : de nouvelles règles trop laxistes…

La Coalition québécoise pour le contrôle du tabac se désole du manque de mordant de la réglementation entourant la promotion des produits du vapotage publié, le 8 juillet, dans la Partie II de la Gazette officielle du Canada. Certes, à compter du 7 août, ce genre de publicité pouvant être vue par les jeunes dans les lieux publics sera interdite, et dès le 6 septembre dans les points de vente où ils ont accès. Mais ces publicités seront toujours permises sur les sites web et les réseaux sociaux « limités » aux adultes. De plus, les produits aromatisés aux saveurs de bonbons sont interdits, ceux qui le sont aux saveurs de fruits demeurent permis, ce qui les rend d’autant plus alléchants pour les jeunes. Or, plaide la Coalition, si l’industrie du vapotage présente ses produits comme une option de remplacement sécuritaire à la cigarette chez les adultes, les données de Statistique Canada montrent que la grande majorité des vapoteurs de ces produits sont des jeunes. En outre, c’est notamment le vapotage nicotinique qui monte en flèche chez les jeunes, une situation d’autant plus préoccupante que le gouvernement fédéral continue de tolérer des taux de nicotine trois fois plus élevés (66 mg/ml) que ceux permis par l’Union Européenne (20 mg/ml). À suivre…
Source : Coalition québécoise pour le contrôle du tabac

Aménagement

Parc riverain Lachine

Montréal va transformer le Port de plaisance de Lachine en parc riverain ouvert à toute la population

Lourdement endommagées par les inondations printanières de 2017 et 2019, les installations de la marina auraient demandé des investissements trop importants pour le maintien de ses activités actuelles. La Ville a plutôt privilégié une stabilisation durable des berges dans un effort de restauration environnementale qui s’inscrit dans la stratégie montréalaise de lutte et d’adaptation aux changements climatiques. En plus de contribuer à la transition écologique, le futur parc va permettre d’offrir au public montréalais un accès exceptionnel aux eaux du lac Saint-Louis pour s’adonner, entre autres, à la pratique de la voile, du kayak, du canoë, de la planche à rame, de l’aviron, de la pêche et de la baignade. La Ville souhaite que ce lieu privilégié, et accessible à tous, devienne une destination de choix bénéfique à la fois pour l’économie locale et pour la protection des berges. Toutefois, il faudra patienter jusqu’en 2021 avant de pouvoir profiter de ce nouvel espace bleu-vert et contempler un paysage que l’on promet idyllique.
Source : CISION

Montréal : le parc Julie-Hamelin va accueillir un nouveau terrain de jeu entièrement inclusif

Le conseil de l’arrondissement de Villeray-Saint-Michel-Parc-Extension, lors de la séance du 2 juillet, a officiellement accepté le don de la Fondation Bon Départ de Canadian Tire pour l’aménagement d’un nouveau terrain de jeu entièrement conçu en fonction de l’accessibilité universelle. Il va permettre aux enfants de toutes les capacités de surmonter les obstacles financiers ainsi que ceux qui limitent leur accès au jeu et au sport. Les frais de conception et d’installation du terrain de jeu seront assumés par la Fondation, tandis que l’arrondissement fournira les ressources nécessaires pour préparer l’emplacement, installer le drainage, procéder à l’aménagement paysager et l’installation du mobilier urbain, dont une salle de bain d’accessibilité universelle. L’ouverture du parc est prévue au tout début de l’été 2021. Situé à un jet de pierre de la Cité des Arts du Cirque, le parc a été nommé pour honorer la mémoire de Julie Hamelin (1972-2016), auteure, conceptrice et entre autres cofondatrice du Cirque Éloize.
Source : Ville de Montréal