En rafale

Survol de l’actualité : 2 juillet 2018

Le 2 juillet 2018

Au menu cette semaine, une épicerie de Toronto unique au pays où les démunis ne déboursent rien, mais où les mieux nantis sont invités à payer le prix fort, et après son REM Montréal planifie son REV : un Réseau express vélo !

Alimentation

repas ecole

700 écoles primaires en milieu défavorisé du Québec pourront offrir des petits déjeuners dès la rentrée

Le gouvernement du Québec accorde une aide financière de près de 50 millions de dollars sur cinq ans aux commissions scolaires afin qu’elles puissent offrir un programme de petits déjeuners nutritifs à leurs élèves tous les jours de classe. Environ 300 écoles primaires profitent déjà de l’aide du Club des petits déjeuners. Grâce à la mesure annoncée par le ministre de l’Éducation, du Loisir et du Sport, Sébastien Proulx, 400 nouvelles écoles s’ajoutent à ce nombre, ce qui va permettre de rejoindre près de 180 000 élèves du préscolaire et du primaire. « Le petit déjeuner joue un rôle primordial dans la journée d’un enfant, rappelle-t-on dans le communiqué. En plus d’avoir un effet indéniable sur les apprentissages et la réussite éducative, il permet un temps de socialisation et favorise l’acquisition de saines habitudes alimentaires par les jeunes. »
Source : CISION

Toronto : une épicerie où l’on débourse le montant de son choix

Unique au pays, ce marché d’alimentation n’affiche aucun prix puisque les plus démunis peuvent faire leur épicerie sans payer un sou. Or, il ne s’agit pas ici d’une banque alimentaire, car cette épicerie nouveau genre est ouverte à tous, y compris les mieux nantis. C’est pourquoi elle se nomme Nourrir le suivant (Feed it forward) puisque ceux qui en ont les moyens sont invités à payer le prix fort pour les aliments qu’ils achètent afin de contribuer au financement de l’organisme. Cette idée originale du chef torontois Jagger Gordon, connu pour sa lutte contre le gaspillage alimentaire, a pour objectif de créer un lieu de rencontre démocratique où riches et pauvres peuvent se côtoyer, aussi bien pour donner que pour recevoir. Aussi noble soit l’initiative, déjà plusieurs se demandent si un tel modèle de redistribution alimentaire peut être viable à long terme. Une histoire à suivre…
Source : La Presse+

Transport actif

Mobilité durable : après le REM, Montréal veut son REV

Des pistes cyclables sécuritaires, efficaces et confortables courant sur plus de 140 km, voilà le projet de Réseau express vélo (REV) que la ville de Montréal veut implanter afin d’inciter plus de gens à utiliser leur vélo comme moyen de transport au quotidien. Pour le moment, bien que les destinations soient déjà ciblées, les tracés du REV n’ont pas encore été identifiés. La Ville mène d’abord des consultations afin de recueillir les commentaires des usagers de la route. Après Mercier – Hochelaga-Maisonneuve, c’est au tour de l’Est de Montréal de se prononcer sur 4 des axes projetés du REV : Gouin – Notre-Dame Est, Anjou – Hippodrome, Viau – Van Horne et Tétreaultville – Canal de Lachine. En plus des soirées de consultation, les citoyens peuvent aussi répondre à un sondage en ligne d’ici le 15 juillet. Si tout se déroule comme prévu, les travaux d’aménagement du REV pourraient débuter dès l’an prochain.
Source : Journal Métro

Santé et société

Nouveau règlement sur l’emballage neutre des produits du tabac

Cœur + AVC se réjouit des nouvelles mesures annoncées et qui vont placer le Canada à l’avant-garde de la lutte contre le tabagisme. Avec le nouveau règlement, les emballages de cigarettes seront neutres et normalisés. Dépouillés de tout attrait visuel, de renseignement promotionnel ou de logo, ces emballages vont tous afficher des mises en garde concernant la santé quant aux conséquences néfastes du tabagisme. De plus, les paquets minces ou ultraminces qui, parce que faciles à glisser dans un sac à main, ciblent la clientèle féminine seront désormais interdits. Même chose pour les cigarettes fines qui recueillent souvent les faveurs des jeunes femmes et qui sont perçues à tort comme moins nocives pour la santé en raison de leur forme plus délicate. On prévoit que, dès 2019, ce nouvel emballage sera sur les tablettes, toutes bien sûr masquées par des volets.
Source : Le Lézard

Le gouvernement du Canada lance un projet pilote sur la santé des aînés

Tel qu’annoncé dans le budget de 2018, le gouvernement du Canada va investir 75 millions de dollars afin de financer un éventail d’initiatives de recherche appliquée. L’objectif est de mettre à l’essai des solutions novatrices qui favorisent un vieillissement sain et améliorent la qualité de vie des adultes plus âgés. Il s’agit notamment de sécurité à domicile, d’amélioration des milieux sociaux et du cadre bâti, de réduction des inégalités en santé à l’aide d’approches communautaires et de l’adoption de modes de vie sains. Ce projet pilote se déroulera au Nouveau-Brunswick, province qui compte l’une des plus grandes populations de personnes de plus de 65 ans, et permettra de financer des projets s’harmonisant avec sa Stratégie sur le vieillissement. Les autres provinces et territoires pourront tirer des enseignements de ce projet sur la façon de mieux soutenir les aînés à domicile, dans les collectivités et dans les établissements de soins.
Source : Gouvernement du Canada

Agroalimentaire

L’autoréglementation de l’industrie agroalimentaire en matière de publicité est-elle efficace au Canada ?

Selon une récente étude, l’imposition d’une réglementation pour encadrer la publicité de malbouffe ciblant les enfants est nécessaire. Les auteurs ont analysé les contenus publicitaires d’émissions de télévision dont la part d’auditoire représentée par les jeunes était de plus de 35 % pour les mois de mai 2013 et 2016. Entre ces deux périodes, les nouveaux critères nutritionnels uniformes de l’Initiative canadienne pour la publicité sur les aliments et les boissons destinée aux enfants (IPE) entraient en vigueur le 31 décembre 2015. Bien que les chercheurs aient pu noter une légère diminution de la fréquence des publicités de malbouffe produites par les compagnies ayant adhéré à l’IPE, la présence de ces contenus (à 78,5 %) demeurait comparable à celle (80 %) des compagnies qui ne participent pas à l’IPE. C’est d’ailleurs la raison d’être du projet de loi S-228, déposé par la sénatrice Nancy Green Raine, et qui vise à éliminer la publicité d’aliments malsains destinée aux 17 ans et moins.
Source : International Journal of Behavioural Nutrition and Physical Activity

Australie : les fabricants de boissons sucrées promettent d’améliorer leurs produits

Même si le gouvernement australien refuse toujours d’envisager l’imposition d’une taxe sur les boissons sucrées, pourtant réclamée avec insistance par les autorités de la santé publique, l’industrie vient de s’engager, sur une base volontaire, à en diminuer les contenus en sucre. D’ici 2020, les sodas devraient contenir 10 % moins de sucre et en 2025 cette réduction devrait atteindre 20 % des taux actuels. Cette annonce a été faite sur fond de crise de santé publique puisque l’Australie affiche le 5e plus haut taux d’obésité des pays membres de l’Organisation de Coopération et de Développement Économiques. Selon les statistiques de l’Organisation mondiale de la Santé, rapporte l’agence Reuters, les deux tiers des adultes australiens sont en surpoids et près du tiers d’entre eux sont considérés comme obèses.
Source : Reuters

Royaume-Uni : le gouvernement dévoile sa stratégie de lutte contre l’obésité infantile

Le secrétaire à la Santé britannique, Jeremy Hunt, vient d’annoncer toute une série de mesures destinées à encadrer la vente, la distribution et la promotion des aliments malsains. Il veut, entre autres, mettre un terme aux promotions « deux pour un », appelées bogofs (buy-one-get-one-free). Parmi les mesures envisagées, les restaurants seraient désormais tenus d’afficher clairement le nombre de calories de chaque plat sur leur menu. Le gouvernement veut en outre procéder à la mise à jour des recommandations nutritionnelles pour la composition des repas servis dans les écoles. Bref, Jeremy Hunt vient d’ouvrir le premier chapitre d’un plan d’action qui vise, d’ici 2030, à réduire de moitié l’obésité infantile au Royaume-Uni. Un plan d’action généralement bien reçu par les acteurs de la santé publique qui, depuis des années, réclament du gouvernement des gestes forts en voie, semble-t-il, d’enfin se concrétiser.
Source : The Guardian

Aménagement

Londres : les arrondissements à la hollandaise favorisent le transport actif

Surnommés « Mini-Holland schemes », ces aménagements avaient d’abord été conçus pour favoriser les déplacements à vélo. Proposées par l’ancien maire de Londres, Boris Johnson, un ardent défenseur de la bicyclette, ces interventions ont d’abord suscité l’indignation de bien des usagers de la route qui dénonçaient le traitement de faveur accordé aux cyclistes. Or, une première étude comparant ces arrondissements à la hollandaise à ceux qui sont demeurés les mêmes a permis de montrer que ce sont les piétons, plus encore que les cyclistes, qui ont profité de ces aménagements. En moyenne, les gens marchent 32 minutes de plus par semaine contre 9 minutes de plus à vélo. Quant à ceux qui anticipaient une plus grande congestion automobile, ils seront heureux d’apprendre que l’aménagement de voies cyclables séparées n’a occasionné aucun ralentissement de la circulation automobile. Comme quoi le modèle hollandais est exportable pour le bien de tous.
Source : The Guardian