En rafale

Survol de l’actualité : 20 avril 2021

Le 20 avril 2021

Au menu cette semaine, un remède contre l’épidémie de vols de vélos, une rue écologique à Percé et Alloprof vole au secours de 700 000 élèves.

Alimentation

cafétéria scolaire

Les Américains s’alimentent mal, sauf dans les écoles

Qu’il s’agisse de manger à l’extérieur ou d’acheter de la nourriture à l’épicerie, la plupart des Américains de tous âges mangent mal, partout, sauf à l’école ! C’est la conclusion d’une nouvelle étude ayant analysé tous les repas (y compris les collations et les boissons) consommés par les Américains de 2003 à 2018. Ainsi, dans les restaurants, jusqu’à tout récemment, 65 % des repas pour adultes et 80 % des repas pour enfants étaient de mauvaise qualité. Dans les lieux de divertissement et les food trucks, 44 % des repas pour adultes et 52 % des repas pour enfants laissaient à désirer. Et en provenance de l’épicerie, ces proportions passaient à 33 % pour les adultes et 45 % pour les enfants. Par contre, à l’école, seulement 24 % des repas consommés étaient de mauvaise qualité nutritionnelle. Une amélioration d’ailleurs remarquable, car cette proportion était de 57 % en 2003. Sans préjuger des habitudes alimentaires des Québécois, voilà qui apporte de l’eau au moulin des défenseurs d’un programme d’alimentation scolaire universel.
Source : EurekAlert

Partage de connaissances pour une meilleure autonomie alimentaire

Deuxième plus grand pays au monde, le Canada est morcelé par une multiplicité de juridictions, ce qui fait en sorte que plusieurs projets agroalimentaires nordiques se développent en vase clos, sans transmission des expériences et des bonnes pratiques. C’est pourquoi la Territorial Agrifood Association, qui représente les joueurs de l’agroalimentaire des Territoires du Nord-Ouest participe à deux projets de partage de savoirs, l’un à l’échelle canadienne, l’autre au niveau territorial. Dans un premier temps, l’intention est de construire une base de données des projets agroalimentaires en milieu boréal et pour le partage et le développement du savoir et de l’innovation, avec le souhait de former à l’agriculture le plus grand nombre possible d’étudiants nordiques. À l’échelle régionale, l’objectif est de créer un portail de connaissances pour soutenir l’agroalimentaire local, les individus et les entreprises ténoises. Et faire un pas de plus vers l’autonomie alimentaire.
Source : L’Aurore boréale

Transport actif

Nouveau remède pour endiguer l’épidémie de vols de vélos

En novembre 2017, on vous présentait Project 529, une plateforme d’enregistrement, de signalement et de récupération de bicyclettes. La Ville de Vancouver, qui avait la triste réputation de trôner en tête de liste des villes du pays où il se volait, toutes proportions gardées, le plus grand nombre de vélos, faisait à l’époque le bilan de l’implantation de Project 529. Après seulement 2 ans, les vols de vélos avaient chuté de 70 %  dans le chaud quartier de Granville. Au tour des Montréalais de profiter de cette approche, qui porte chez nous le nom de Garage 529. Présentée comme la meilleure solution pour prévenir le vol de vélo et le recel, sa base de données, qui collige les caractéristiques permettant d’identifier les bicyclettes, est accessible à tous les cyclistes ainsi qu’aux forces policières. Un peu à la manière d’une campagne de vaccination, plus nombreux sont les cyclistes qui inscrivent leur monture, plus grand sera l’effet dissuasif. Bref, l’immunité individuelle que confère Garage 529 se trouve renforcée par l’immunité de groupe. Et le temps est venu d’aplatir la courbe. À terme, on parviendra peut-être, un jour, à enrayer le fléau des vols de vélos.
Source : Vélo Québec

La saison BIXI 2021 démarre en grand

Le territoire desservi par BIXI Montréal va plus que doubler cette année, passant de 142 km carrés à 317 km carrés à Montréal, Westmount, Montréal-Est, Mont-Royal, Laval et Longueuil. En outre, 725 BIXI électriques s’ajoutent à la flotte pour un total de 1 905 BIXI électriques, sans oublier les 7 270 BIXI réguliers. Cette année, les BIXI électriques comptent donc pour 20 % des effectifs, comparés à 14 % en 2020, ce qui permet de répondre au fort engouement qu’ils suscitent puisqu’ils sont utilisés 60 % plus souvent que les vélos réguliers. Bénéficiant déjà d’un taux de satisfaction de 94 %, le service sera encore plus abordable, cette saison, pour les membres qui utilisent les BIXI réguliers. En vertu de la nouvelle grille tarifaire, un trajet d’une heure leur coûtera seulement 75 cents. En ce qui concerne les BIXI électriques, sur la base d’une durée moyenne de déplacement de 19 minutes, les abonnés devront débourser 1,90 $, soit une augmentation de 90 cents. Certes, un BIXI ne fait pas le printemps, mais c’est tout comme. Bonne saison à toutes et tous !
Source : CISION

Santé et société

enfants et tabagisme

Nouvelle approche pour inciter les parents à cesser de fumer

Développé à l’Hôpital général du Massachusetts, le programme CEASE (pour Clinical Effort Against Secondhand Smoke Exposure) repose sur une stratégie de dépistage en amont de la rencontre avec le médecin. Lors de leur premier rendez-vous, on demande aux parents, à l’aide d’une tablette électronique, de remplir un sondage pour entre autres savoir si quelqu’un fume dans l’entourage de l’enfant. Et le cas échéant, si cette personne consentirait à recevoir de l’aide pour abandonner l’usage du tabac. Au lieu de faire reposer sur les seules épaules du clinicien le fardeau d’aborder ce délicat sujet, on envoie aux parents le message que tout le personnel prend la cessation tabagique au sérieux. Selon le docteur Olivier Drouin, du CHU Sainte-Justine, qui a participé à l’étude, cette approche s’avère plus efficace que les interventions traditionnelles. Ainsi la prévalence du tabagisme aurait ainsi diminué de 2,7 % dans les cliniques utilisant l’approche CEASE, comparativement aux cliniques contrôles où elle aurait même augmenté de 1,1 %. L’approche CEASE, qui d’après l’étude serait avantageuse en matière de coûts et bénéfices, pourrait bien être adoptée bientôt au Québec.
Source : ICI Radio-Canada

Aménagement

rues partagées

Trois-Rivières : la rue des Forges piétonne tout l’été

L’an dernier, dans le but de revitaliser son centre-ville, tout en favorisant le respect des consignes de distanciation physique, Trois-Rivières avait misé sur un plan d’aménagement et de piétonnisation qui s’était d’ailleurs attiré les éloges des plus fidèles défenseurs des rues partagées. Mais surtout, ces espaces conviviaux ont connu un vif succès populaire, notamment dans le cas de la rue des Forges. C’est pourquoi, depuis le 16 avril, la Ville permet de nouveau à la population de circuler sur la chaussée et aux restaurateurs d’installer leurs terrasses sur les trottoirs en respect des mesures sanitaires. Et on promet qu’elle sera encore plus belle que l’an dernier puisque les terrasses, signature visuelle des restaurateurs, s’étendront jusqu’en bordure de rue. De plus, en collaboration avec Culture Trois-Rivières, du marquage au sol artistique viendra bientôt enjoliver la voie piétonne. Enfin, des rampes d’accès amovibles seront distribuées en plus grand nombre aux commerçants afin de favoriser l’accessibilité pour les personnes à mobilité réduite.
Source : Ville de Trois-Rivières

Première pelletée de terre au Lab-École Saguenay

Début avril, les travaux de démolition et de désamiantage ont commencé à l’école Marguerite-D’Youville. Construite en 1959, elle était jugée désuète, malgré tous ses fidèles et loyaux services déployés au cours des six dernières décennies. Or, son emplacement, au milieu d’un parc, à proximité d’un boisé et d’installations sportives municipales, représente un lieu tout désigné pour un Lab-École qui mise sur les saines habitudes de vie, le contact avec la nature et la pédagogie en plein air. D’où cette pelletée de terre inaugurale, effectuée par Pierre Lavoie, pour marquer le remplacement de l’ancien bâtiment par la nouvelle approche pédagogique. Le futur Lab-École Saguenay abritera 15 classes, dont trois au préscolaire, en plus de nombreux espaces rassembleurs pour collaborer, manger ou apprendre de façon innovante. Afin de conférer à l’école une dimension à échelle d’enfant, l’école se composera d’un ensemble de maisonnettes communiquant les unes avec les autres. Et sa cour sera aménagée pour favoriser la pratique d’activités physiques en toutes saisons. Inauguration prévue à la rentrée 2022 !
Source : Lab-École

Une nouvelle rue écologique et innovante pour la ville de Percé

La nouvelle rue commerciale, menant à l’édifice du Géoparc, va servir à tester un nouveau type d’asphalte, qui intègre du plastique recyclé. Déjà baptisée « rue écoconsciente » elle sera en outre flanquée de mobilier urbain fait d’un mélange de bois et de plastiques recyclés tandis que le ciment utilisé pour couler le trottoir intégrera du verre concassé. Ces innovations technologiques sont entre autres issues d’un partenariat entre la Régie intermunicipale de traitement des matières résiduelles de la Gaspésie, l’Université Laval et l’École de technologie supérieure. En ce qui concerne le revêtement de la chaussée, on juge qu’il s’agit d’une approche gagnant-gagnant. D’une part, la valorisation du plastique recyclé permet la réduction des coûts de la collecte, ce qui en retour diminue les quantités de bitume utilisées, et donc les coûts de construction, voire d’entretien. À titre d’exemple, la technologie mise en œuvre est capable d’engloutir deux tonnes de matières plastiques par kilomètre carré. Voilà qui représente, dans le domaine du développement durable au Québec, une percée majeure…
Source : ICI Radio-Canada

Persévérance scolaire

Sprint de fin d’année : Alloprof veut aider 700000 élèves

Puisque le bulletin à venir vaudra 65 % des résultats finaux, Alloprof lance de tout nouveaux outils et services qui permettront d’aider plus d’élèves, plus souvent. En un seul clic, le jeune qui éprouve de la difficulté dans une matière pourra poser sa question aux enseignants d’Alloprof dans l’espace de clavardage. S’ajoute à cela la toute nouvelle Zone d’entraide. Cet espace collaboratif, qui s’inspire des réseaux sociaux, offrira aussi bien de l’accompagnement aux élèves qui soumettent leurs questions, que l’occasion pour d’autres de proposer des explications à leurs pairs. Bien entendu, la présence de modérateurs d’Alloprof, sept jours sur sept, garantit l’obtention rapide d’explications complètes et dument validées. On estime que cette Zone d’entraide aura un effet de levier de l’ordre de vingt pour un et qu’elle pourra s’enrichir de quelque 50 000 questions et explications au cours de la prochaine année. Enfin, pour aider les élèves du secondaire à consolider les apprentissages prioritaires en vue des examens de fin d’année, Alloprof prévoit proposer, dès la mi-mai, des minirécupérations (appelées MiniRécups). Allez ! Un dernier effort avant des vacances que l’on souhaite décomplexées et surtout déconfinées !
Source : CISION