En rafale

Survol de l’actualité: 20 mai 2019

Le 19 mai 2019

Télécharger le PDF

Au menu cette semaine, les trottinettes électriques exaspèrent les Parisiens, Fillactive reçoit le soutien du fédéral et la sortie d’un livre portant sur l’innovation municipale.

Aménagement

Crédit : Ville de Montréal / civiliti avec François Courville, UDO design et Axor

Un nouveau projet de rue partagée verra le jour dans Hochelaga-Maisonneuve

Deux tronçons de rues autour de la place Simon-Valois seront transformés en véritables zones de rencontre. Les segments de la rue Ontario et de l’Avenue Valois seront aménagés de manière à donner priorité aux piétons et aux cyclistes, tandis que les voitures, qui pourront toujours y circuler, devront respecter une vitesse maximale de 20 km/h. Dans la future « Zone de rencontre Simon-Valois », les piétons et les cyclistes ne seront plus cantonnés sur leur trottoir ou leur piste cyclable, mais pourront circuler à la grandeur de la rue et dans la direction de leur choix. Et pour bien signifier cette absence de ségrégation entre usagers, la chaussée s’étendra sur un seul et unique niveau, d’une façade à l’autre. À chaque entrée des zones de rencontre, des panneaux de signalisation vont désigner le commencement de la « Rue partagée » pour bien signifier aux automobilistes que les piétons ont priorité sur l’ensemble de la chaussée.
Source : Le Devoir

Salaberry-de-Valleyfield : une corvée de « déminéralisation » réussie

Dans le cadre du programme Sous les pavés, du Centre d’écologie urbaine de Montréal (CEUM), des Campivallensiens se sont réunis pour arracher une partie de l’asphalte du stationnement entourant le Centre Raphaël-Barrette. Non seulement inesthétiques, ces surfaces bitumées ont le désavantage de créer des îlots de chaleur et d’imperméabiliser le sol. L’eau de pluie est alors obligée de ruisseler jusque dans les égouts ou même se jeter directement dans les cours d’eau. En prenant en considération les changements climatiques qui risquent de multiplier les épisodes de canicule et les orages éclair, la déminéralisation des surfaces asphaltées devient une efficace mesure d’adaptation permettant de rendre les villes plus résilientes. Et surtout beaucoup plus belles, avec une canopée bien plus touffue.
Source : La Presse

Mobilité durable

Paris : les trottinettes électriques libre-service suscitent la grogne

Un an après leur débarquement, on compte déjà 15 000 trottinettes électriques dans la Ville Lumière. Un nombre qui pourrait passer à 40 000 d’ici la fin de l’année, au grand désarroi de nombreux Parisiens. En toute justice, le problème ne vient pas tant des trottinettes elles-mêmes, encore que…, mais des comportements anarchiques de certains de leurs utilisateurs, qui filent à toute allure sur les trottoirs en se faufilant entre les piétons ou qui les abandonnent un peu n’importe comment. Si bien que les opérateurs de trottinettes en libre-service ont été convoqués à la mairie de Paris afin de signer une charte de bonne conduite « pour un usage maîtrisé et durable » de ces engins et « le respect de l’espace public et la sécurité des Parisiens ». Gageons cependant que cela ne pourra régler tous les problèmes que soulève ce nouveau mode de transport réputé écologique… Car, comme le rapporte La Presse, la durée de vie moyenne des trottinettes électriques serait de 28 jours…
Source : La Presse

L’État de l’Oregon statue sur l’existence de pistes cyclables virtuelles

C’est une victoire pour les défenseurs du vélo. Les pistes cyclables qui traversent une intersection, même en l’absence de marquage au sol, continuent d’exister si elles se poursuivent de l’autre côté de la chaussée. Les automobilistes qui souhaitent effectuer un virage doivent donc céder le passage aux cyclistes avant de compléter leur manœuvre. Le Sénat de l’Oregon vient ainsi de clarifier une situation qualifiée d’absurde par plusieurs. En effet, deux automobilistes ayant heurté des cyclistes ont été exonérés par des juges sous prétexte que la piste cyclable n’existait plus à la hauteur de l’intersection. Que nos lecteurs soient rassurés, chez nous, la loi est claire. Selon l’article 349 du Code de la sécurité routière : « (…) le cycliste qui continue son chemin droit devant a priorité sur les automobilistes et les cyclistes qui souhaitent faire un virage à droite ».
Source : OREGONLIVE

Agriculture urbaine

Aide financière de 700 000 $ pour la création de Jardins de solidarité

Le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation lance un appel de projets pour la création de jardins de solidarité. Ces initiatives doivent poursuivre un double objectif : cultiver des fruits et légumes dont une partie de la production sera remise à un organisme sans but lucratif ayant pour mission d’offrir une aide alimentaire à des personnes à faible revenu; favoriser l’intégration professionnelle et sociale de personnes en situation de pauvreté ou d’exclusion sociale. Le ministère prévoit soutenir de 7 à 10 projets, pour des montants maximums de 100 000 $, afin de promouvoir une agriculture de proximité qui consolide la qualité de vie des communautés locales. Tout entité municipale, communauté autochtone, organisme sans but lucratif ou coopérative peut soumettre son projet d’ici le 20 août 2019.
Source : CISION

Agroalimentaire

Philadelphie : la taxe sur les boissons sucrées fait chuter les ventes, sauf que…

La nouvelle, diffusée par les grandes agences de presse, a été reprise par de nombreux médias. Elle repose sur les conclusions d’une des premières études réalisées dans la foulée de l’imposition de cette taxe qui, en moyenne, accroît de 50 cents le prix d’un litre de boisson sucrée. Là où la taxe s’applique, les ventes auraient diminué de 51 %. Sauf que beaucoup de consommateurs vont s’approvisionner à l’extérieur de la ville. Si bien que la diminution réelle serait de 38 %. Toutefois, une autre étude, parue quelques jours plus tôt, estime la diminution des ventes, sur le territoire de Philadelphie, à 46 %, proportion ramenée ensuite à 22 % quand on tient compte de l’augmentation des ventes en périphérie de la ville. Si la première étude tend à démontrer l’efficacité de la taxe sur les boissons sucrées, la seconde se montre beaucoup plus mitigée. Sans remettre en cause la légitimité d’une telle taxe, ses auteurs suggèrent d’en revoir les modalités d’application en raison de la tendance naturelle des consommateurs à pratiquer « l’évasion fiscale ». À ce chapitre, ils font valoir que, au Mexique, la taxe donne de bons résultats, car elle est nationale.
Source : FastCompany

Boissons sucrées : la reformulation a meilleur goût que la taxation

Aux États-Unis, le puissant lobby des boissons sucrées se bat bec et ongles pour empêcher les villes et les États d’imposer une taxe sur le sucre. Mais, au Royaume-Uni, une telle taxe est bel et bien en vigueur. Et l’industrie s’adapte. Puisque la taxe britannique s’applique par palier, en fonction des taux de sucres ajoutés, les fabricants ont réalisé que leur intérêt passait par la reformulation de leurs produits. Et ils ont fait preuve d’un si grand zèle, que la fameuse taxe a rapporté deux fois moins de revenus que prévu dans les coffres de l’État. Ce dont s’est pourtant réjoui le ministre des Finances selon qui ce manque à gagner représente une bonne nouvelle pour les jeunes Britanniques aux prises avec de sérieux problèmes de surpoids. Cet exemple britannique est intéressant à bien des égards. Si l’industrie est toujours très réticente à reformuler ses produits, principalement pour des raisons financières, l’imposition d’une taxe change suffisamment les données de l’équation économique pour la convaincre d’agir pour le bien commun…
Source : Food Navigator

Activité physique

Le gouvernement du Canada octroie un important soutien financier à Fillactive

Plus de 12 000 adolescentes, en Ontario et au Québec, vont chaque année bénéficier d’activités physiques structurées et d’ateliers sur l’alimentation, le sommeil et le bien-être mental. La ministre de la Santé, Ginette Petitpas Taylor, en a fait l’annonce en octroyant 2,7 millions de dollars à Fillactive pour son projet Activité physique et saines habitudes de vie chez les adolescentes. Les participantes seront recrutées avec l’aide de divers partenaires communautaires, et des écoles de quartiers où vivent des familles à faible revenu. Le projet cherchera notamment à rejoindre les jeunes Autochtones et de nouvelles arrivantes au Canada. Rappelons que, depuis 2007, Fillactive sensibilise les adolescentes, de 12 à 17 ans, à l’importance d’adopter un mode de vie sain et actif. Un âge critique puisque, à la puberté, une fille sur deux abandonne le sport, si bien que, au terme du secondaire, seulement une sur dix répond aux normes canadiennes en matière d’activité physique.
Source : Gouvernement du Canada

Économie et politique

enfant-parapluie-parc

L’innovation, c’est aussi l’affaire des municipalités

Vient de paraître, aux Presses de l’Université de Montréal, L’innovation municipale : Sortir des sentiers battus, un ouvrage signé par Gérard Beaudet et Richard Shearmur. Les auteurs veulent déboulonner l’idée reçue selon laquelle les municipalités seraient incapables d’innover, ne sachant qu’emprunter les voies tracées par d’autres. Or, font-ils valoir, cette dimension méconnue de l’exercice des compétences des municipalités est essentielle pour qu’elles puissent relever les défis de l’heure et assurer le bien-être de leurs citoyens. Changements climatiques, transition énergétique, mobilité durable moins dépendante de l’automobile, lutte à la dévitalisation de petites communautés, développement des outils de gouvernance numérique, voilà quelques-uns des enjeux dont la résolution passe nécessairement par l’innovation.
Source : Presses de l’Université de Montréal



Télécharger le PDF