En rafale

Survol de l’actualité : 26 mai 2020

Le 26 mai 2020

Au menu cette semaine, l’aquaponie rentable et écoresponsable, des trottinettes électriques télécommandées et des villes du monde entier retirent des espaces aux voitures.

Aménagement

Rosemont–La Petite-Patrie : favoriser la vie, le travail et le divertissement à moins de 500 mètres de chez soi

Dans la foulée de son réaménagement en neuf super-îlots, l’arrondissement Rosemont–La Petite-Patrie lance trois projets afin de soutenir la vitalité économique des commerces locaux. Le premier repose sur le principe du transit mail. Ce sont des tronçons de rues commerciales où la voie de circulation est réservée au transport en commun, aux cyclistes et aux piétons afin de faciliter le respect des consignes de distanciation physique. Le deuxième projet, typique de l’urbanisme tactique, offre aux commerçants la possibilité d’étendre leurs activités sur la voie publique et aux citoyens le droit d’occuper des cases de stationnement dans un but d’embellissement et de verdissement. Enfin, l’arrondissement, en collaboration avec l’organisme Solon et la Coop Carbone, met en place un système de livraison à vélos pour favoriser l’achat local. Ces mesures, qui sont dites transitoires, auraient-elles le potentiel de demeurer permanentes ?
Source : Ville de Montréal

L’Union Européenne en voie de planter 3 milliards d’arbres

Au cours de la prochaine décennie, en vertu de leur future stratégie forestière, les pays européens projettent en effet la plantation de 3 milliards d’arbres supplémentaires. Si le nombre paraît énorme, il ne faudrait pas que les arbres cachent la forêt. Car il s’agit d’un des objectifs d’une vaste stratégie sur la biodiversité qui vise l’horizon de 2030. Une stratégie pensée comme un investissement dans la protection et la restauration de la nature devant contribuer à la relance économique du continent. Et ce,  de manière à sortir de la crise sanitaire et affronter le changement climatique. À ce chapitre, il est prévu que les villes de plus de 20 000 habitants se dotent de plans d’écologisation de l’espace urbain, notamment pour tirer profit du puissant pouvoir de climatisation des arbres. Déjà, en France, plusieurs villes ont décidé de se mettre au vert pour contrer l’effet « îlot de chaleur ». À titre d’exemple, l’été dernier, on a mesuré au centre de Lyon une température de 11 degrés Celsius plus élevée qu’en périphérie. Il est temps, désormais, d’adapter l’espace urbain à la végétation, et non l’inverse…
Source : Forestopic

Agroalimentaire

La production combinée de poissons et de plantes peut être rentable

Des chercheurs allemands ont analysé les données produites par une installation expérimentale en aquaponie de leur pays. Bien que l’élevage de poissons et la culture de plantes, en système circulaire, exigent des investissements importants, en plus des nécessaires compétences en aquaculture et en horticulture, les chercheurs estiment que le seuil de rentabilité est atteint à partir d’exploitations qui couvrent 2 000 mètres carrés. Une superficie qui demeure compatible avec la rareté des espaces disponibles en milieu urbain, voire périurbain. À cette rentabilité économique s’ajoutent de nombreux avantages environnementaux, soulignent les chercheurs. En effet, la production alimentaire occupe une part grandissante de notre empreinte écologique, sans oublier les gaz à effet de serre que génère le transport des denrées. L’aquaponie, en combinant deux types de production en circuit presque fermé, permet d’optimiser les rendements et de satisfaire au principe des circuits courts. Bref, l’aquaponie serait un modèle de production agroalimentaire rentable et écoresponsable.
Source : EurekAlert

Mobilité durable

Montréal : le Réseau express vélo déployé sur les chapeaux de roues

Le 16 mai dernier, la Ville de Montréal dévoilait un plan temporaire de piétonnisation et de développement de pistes cyclables dans le but de faciliter les déplacements de ses citoyens en prévision du déconfinement. Or, COVID-19 oblige, dès le mois de juillet, elle va aussi procéder à l’aménagement de la phase 1 de son Réseau express vélo : l’axe nord-sud. En raison des circonstances exceptionnelles qui prévalent, et de l’urgence d’agir, la Ville en précipite l’implantation. Ainsi, les autoroutes cyclables unidirectionnelles devant courir de chaque côté d’un tronçon de la rue Saint-Denis ne seront pas délimitées par des mails en béton, comme il était prévu, mais plutôt par des délinéateurs flexibles de couleur bleue. Sur ce même tronçon, les arrêts d’autobus seront placés après les intersections : une mesure qui permet de limiter les risques de collisions entre cyclistes et piétons. Bref, forte des résultats des consultations publiques menées en 2018, la Ville met en place, avec un peu d’avance, l’ossature d’un réseau cyclable qui ne cesse de gagner en popularité.
Source : La Presse

Bilan routier 2019 : les piétons toujours plus vulnérables

La Société de l’assurance automobile du Québec (SAAQ) rappelle aux piétons qu’ils doivent demeurer prudents. En effet, malgré un bilan routier 2019 légèrement meilleur que l’année récente, avec 22 décès de moins sur la route, les usagers les plus vulnérables sont encore surreprésentés. En effet, sur les 333 accidents fatals de la route, 71 d’entre eux étaient des piétons, une hausse de 18,7 % sur la moyenne des cinq dernières années. À cet égard, la SAAQ se dit préoccupée par le nombre de décès chez les personnes âgées de 65 à 74 ans qui a connu, en 2019, une augmentation de 17,9 % sur la moyenne des cinq années précédentes. Toutefois, du côté des bonnes nouvelles, chez les jeunes de 15 à 24 ans, on enregistrait une diminution des décès de 23,9 % comparée à la moyenne de 2014 à 2018. Enfin, COVID-19 oblige, la SAAQ s’attend à ce que le bilan routier 2020 soit nettement plus reluisant, pourvu que tous gardent à l’esprit que La bonne conduite n’a pas d’âge.
Source : CISION

Les villes du monde entier profitent de la pandémie pour retirer des espaces aux voitures

Le maire d’Athènes, Kostas Bakoyannis, ne s’en cache pas. L’occasion est historique. Les mesures de confinement ont éliminé le trafic automobile qui engorgeait les rues de sa ville. Du même coup, la qualité de l’air n’a jamais été meilleure. Alors il en profite pour piétonniser des artères, aménager des pistes cyclables à un rythme inédit. Il souhaite réaliser des projets qui autrement auraient exigé de nombreuses années avant de se concrétiser. Et partout ailleurs, le même scénario se répète. Les élus municipaux retranchent des espaces qui « appartenaient » aux voitures pour les réallouer aux piétons et aux cyclistes afin de les aider à respecter les consignes de distanciation physique. Paris, Budapest, Dublin, Bogota, Londres, Milan, Rome, Berlin, New York multiplient les mesures du genre, au nom de la crise sanitaire, tout en ne cachant pas leur intention d’en rendre plusieurs permanentes. Ce que ne manquent pas de dénoncer les défenseurs de l’automobile en reprochant aux élus municipaux de se servir de cette situation de crise pour porter atteinte à leurs droits. Or, si l’on en croit Anne Hidalgo, mairesse de Paris, pas question que le retour aux activités normales se traduise par le retour de la congestion automobile pré-COVID-19.
Source : The Gardian

Un premier projet pilote de trottinettes télécommandées

En banlieue d’Atlanta, plus précisément à Peachtree Corners, on peut voir des trottinettes électriques qui se déplacent sans conducteur. C’est une première mondiale. Grâce à un système de géolocalisation et de caméra embarquée, ces trottinettes peuvent être télécommandées pour se rendre, par leurs propres moyens, aux endroits où des usagers, via une application mobile, en font la requête. Certains feront remarquer que l’on ne parle plus vraiment ici de transport actif, si ce n’est même plus la peine de marcher quand on veut quérir une trottinette en libre-service. En réalité, les avantages sont tout autres. Car la possibilité de télécommander ces trottinettes permet de régler le fameux problème de leur abandon anarchique sur la voie publique par les usagers négligents. Mais, surtout, en ces temps de crise sanitaire, après chaque utilisation, l’opérateur peut rediriger la trottinette vers une station de désinfection. À suivre…
Source : SmartCitiesDive

Éducation

La Fondation Monique-Fitz-Back lance le projet Vivre-ensemble à l’école

Cette initiative vise à outiller les enseignants et enseignantes du Québec pour les aider à développer l’empathie, le respect des différences et la coopération chez les jeunes du primaire et du secondaire, ainsi que chez les membres du personnel en milieu scolaire. Le site web Ensemble à l’école propose des activités pédagogiques et d’ateliers afin de diminuer le mépris et déconstruire les préjugés de manière à lutter contre les préjugés et le racisme. Les membres du personnel enseignant pourront notamment y consulter une banque de ressources et prendre connaissance des initiatives mises sur pied par diverses organisations du milieu communautaire, interculturel et artistique. La Fondation offre également l’animation d’ateliers participatifs pour les élèves ainsi que des formations à l’intention des intervenants et intervenantes des commissions scolaires soucieux de favoriser le vivre-ensemble à l’école.
Source : Fondation Monique-Fitz-Back

Activité physique

Les Cubes énergie s’invitent à L’école à la maison

Depuis le 13 avril, Télé-Québec, avec la participation d’enseignants et de personnalités publiques, propose du contenu pédagogique, ludique et stimulant qui s’adresse à tous les élèves de 6 à 12 ans avec l’émission L’école à la maison. Mais depuis le 18 mai, en partenariat avec le Grand défi Pierre Lavoie, Télé-Québec diffuse des capsules « récréation » destinées à faire bouger les enfants et leur famille à la maison. Ces capsules originales ont en outre pour objectif d’inciter les jeunes à participer au populaire défi des Cubes énergie, lancé chaque année au mois de mai. En participant aux exercices proposés dans L’école à la maison, les enfants peuvent ainsi cumuler, chaque semaine, des Cubes énergie, soit 15 minutes d’activités physiques en continu. Jusqu’au 31 mai, les jeunes pourront compiler tous ces Cubes d’énergie dans le carnet virtuel qu’ils trouveront sur le site cubesenergie.com.
Source : Télé-Québec