En rafale

Survol de l’actualité : 28 janvier 2020

Le 28 janvier 2020

Télécharger le PDF

Au menu cette semaine, Paris à l’avant-garde de la révolution urbaine, même les bébés peuvent manquer d’activité physique et l’OMS juge nuisibles les cigarettes électroniques

Environnement

Crédit photo : Matis Lessard Grenier

Au cégep Garneau, l’eau potable détrône les bouteilles d’eau à usage unique

En décembre dernier, le cégep Garneau mettait fin à la vente de bouteilles d’eau sur l’ensemble de son campus. Cela marquait en quelque sorte le coup d’envoi de l’opération EAU dont l’objectif n’est pas seulement d’éliminer les bouteilles de plastique à usage unique, mais aussi de faire la promotion de l’eau du robinet. Une première station de distribution d’eau, appelée l’Îlot, a donc été installée dans l’une des trois cafétérias du campus et les fontaines d’eau qui ne sont pas encore adaptées au remplissage de bouteilles réutilisables seront graduellement mises aux normes dans tous les pavillons. À terme, le cégep vise l’élimination de tous les contenants de plastique à usage unique, et donc les boissons sucrées ainsi que les jus, car l’eau du robinet demeure le choix santé par excellence.
Source : Journal de Québec

Financement de projets pour la protection de l’environnement à l’échelle du pays

Le ministre de l’Environnement et du Changement climatique, l’honorable Jonathan Wilkinson, a lancé l’appel de propositions annuel pour huit programmes de financement en environnement. Les collectivités autochtones, propriétaires fonciers, groupes environnementalistes, écoles, autres ordres de gouvernement et entreprises sont appelés à soumettre des projets communautaires qui visent à lutter contre la pollution par le plastique, à conserver la nature et à protéger nos cours d’eau. Ces programmes de financement servent à soutenir des projets communautaires qui auront des répercussions positives et mesurables sur l’environnement et pour les Canadiens.
Source : Gouvernement du Canada

Trottinettes électriques : en route vers un meilleur bilan environnemental

Dès qu’elles ont fait leur apparition dans le paysage urbain, on a vanté leurs mérites écologiques en matière de déplacements. Mais rapidement, certains ont réalisé que le très court cycle de vie des trottinettes électriques engendrait une considérable empreinte environnementale. L’opérateur Skip prétend attaquer de front ce problème en jouant la carte de la transparence. Chaque trimestre, la compagnie va rendre publiques les données d’utilisation, d’entretien et de recyclage de sa nouvelle flotte de trottinettes conçues pour être plus durables. Ce modèle S3 semble déjà tenir ses promesses puisqu’il a nécessité l’utilisation d’une moyenne de 4 800 pièces de remplacement par million de déplacements contre une moyenne 26 000 pour les autres modèles. Et grâce à ces données, Skip entend améliorer la robustesse des ses trottinettes pour, bien sûr, abaisser ses coûts d’entretien, mais surtout diminuer leur empreinte carbone.
Source : SmartCitiesDive

Mobilité durable

Révolution parisienne des mœurs urbaines

La mairesse Anne Hidalgo, qui brigue un second mandat, vient d’annoncer ses couleurs avec un plan d’action qui vise, entre autres, à rendre le centre de Paris 100 % cyclable, à strictement encadrer les pratiques d’Airbnb et à créer 30 000 nouveaux logements abordables. Un plan, donc, qui s’attaque simultanément aux problèmes de pollution, de congestion et d’accessibilité aux logements. Et qui repose sur une vision stratégique encore plus radicale que celle de Madrid sur le bannissement des voitures, ou de celles de Barcelone et de Berlin sur la sous-location. Or, remarquablement, presque aucun des autres candidats à la mairie ne critique les objectifs de la mairesse Hidalgo, puisqu’ils en partagent les grands principes. Par contre, ils lui reprochent un bilan de réalisations bien loin de ses ambitions. Bref, peu importe le résultat des élections en mars prochain, Paris va poursuivre sa révolution urbaine !
Source : CityLab

Alimentation

Des distributrices de salades dans des pots de verre à l’assaut de New York

Après une année d’expérimentation, la petite compagnie Fresh Bowl se croit mûre pour accélérer son expansion, et offrir aux Newyorkais des repas santé tout en réduisant le gaspillage et la production de déchets de plastique. Ses salades repas ou préparations à base de grains entiers sont offertes dans des pots en verre consignés. Une fois vidés, les consommateurs n’ont qu’à les remettre dans une distributrice pour récupérer le montant de la consigne, qui se chiffre à deux dollars. Or, en multipliant le nombre de machines, on augmente d’autant les possibilités de retour dont le taux atteint déjà 85 %. Et puisque les transactions s’effectuent à l’aide d’un téléphone intelligent, la petite compagnie est en mesure de recueillir de précieuses données sur les habitudes des consommateurs de manière à anticiper la demande, au moment de regarnir les distributrices, et donc de limiter au maximum les pertes alimentaires. À suivre…
Source : Fast Company

Agriculture urbaine

Longueuil dévoile sa politique en agriculture urbaine

Fruit d’une concertation avec les citoyens, les organismes et les partenaires du milieu, cette politique vise à favoriser l’essor de l’agriculture urbaine en mettant de l’avant une vingtaine d’actions qui devront être réalisées au cours des cinq prochaines années. La politique reflète donc les préoccupations de la population en matière d’enjeux environnementaux et veut répondre à leurs habitudes de consommation en constante évolution. En plus de la multiplication des espaces dédiés aux jardins communautaires ou collectifs, l’agriculture urbaine sera intégrée dans les projets d’aménagement municipaux. La Ville souhaite ainsi améliorer la qualité de vie de ses citoyens et favoriser les saines habitudes de vie par la diminution des gaz à effet de serre et l’accès à des aliments frais et locaux. Sans oublier, bien sûr, les retombées bénéfiques pour les générations futures.
Source : Ville de Longueuil

Activité physique

Même les bébés risquent de manquer d’exercice physique

Des chercheurs de l’Université Jonhs Hopkins viennent de publier les résultats d’une étude assez inusitée portant sur les enfants âgés de 3 à 12 mois. Ils ont pu établir une corrélation entre les niveaux d’activité physique et la quantité de tissus adipeux en prenant des mesures sur 506 enfants âgés de 3, 6, 9 et 12 mois. À la suite de chaque prise de mesure, ils munissaient les bébés de petits accéléromètres qu’ils devaient porter durant 4 jours. Les chercheurs ont pu déterminer que les enfants moins « actifs », dès l’âge de 3 mois, devenaient plus « grassouillets » que les autres. Et bien que leurs résultats soient préliminaires, les auteurs de l’étude rappellent que les jeunes en surpoids ont tendance à le demeurer en grandissant. Dans des sociétés comme les nôtres qui favorisent la sédentarité, ce qui n’épargnent même pas les plus jeunes, les chercheurs conseillent notamment aux parents de laisser à leurs bambins du temps « à-plat-ventre » (Tummy time) pour les laisser explorer librement un environnement bien entendu sécuritaire, et qu’ils développent leur tonus musculaire.
Source : New York Times

Santé et société

Pour l’OMS, les cigarettes électroniques sont nocives

Dans un rapport qui risque de relancer un débat ayant déjà fait couler beaucoup d’encre, l’Organisation mondiale de la Santé considère, sans aucun doute possible affirme-t-elle, que la cigarette électronique est nuisible à la santé et qu’elle n’est pas sécuritaire. Mais du même souffle, l’organisme reconnaît toutefois qu’il est encore trop tôt pour en évaluer les impacts à long terme. Cette mise en garde de l’OMS concerne typiquement les dispositifs appelés Electronic Nicotine Delivery Systems (ENDS). Outre les probabilités de dommages causés aux poumons des vapoteurs, et même au cerveau, notamment ceux des adolescents, l’OMS évoque aussi des risques occasionnés par les émissions secondaires pour les non-utilisateurs. Enfin l’organisme rappelle que l’inhalation de nicotine à l’aide de la cigarette électronique, entraîne une forte dépendance. Serait-ce la fin pour les ENDS ?
Source : Organisation mondiale de la Santé

Saint-Alexis-des-Monts devient une Communauté bleue

L’organisme Eau secours vient de sacrer Communauté bleue, pour la première fois, une municipalité appartenant à la MRC de Maskinongé. Cette certification souligne l’engagement de Saint-Alexis-des-Monts qui reconnaît le droit humain à l’eau ainsi que l’importance du maintien des systèmes de traitement de l’eau potable et d’assainissement des eaux usées. Ce qui se traduit, entre autres, par la fin des ventes de bouteilles d’eau dans les édifices municipaux et durant ses événements. En outre, Saint-Alexis-des-Monts souhaite protéger ses plans d’eau dont la qualité est exceptionnelle. Située à la limite la plus élevée du territoire, la municipalité est consciente de ses responsabilités à l’égard de ses voisines établies sur le reste du bassin versant. Et c’est à ce titre qu’elle souhaite donner l’exemple, comme en fait désormais foi sa certification Communauté bleue.
Source : Le Nouvelliste



Télécharger le PDF