En rafale

Survol de l’actualité : 29 septembre 2020

Le 29 septembre 2020

Au menu cette semaine, la face cachée de l’étiquetage sur le devant des emballages, le son des forêts du monde entier et pour en finir avec la dictature du beau temps.

Alimentation

Un projet pilote pour favoriser l’autonomie alimentaire dans le Grand Nord

Agriculture et Agroalimentaire Canada, en collaboration avec le Northern Farm Training Institute (NFTI) à Hay River dans les Territoires du Nord-Ouest (T.N.-O.), cherche à implanter la culture de la pomme de terre dans le Nord canadien. L’idée peut paraître saugrenue, mais elle a germé dans la tête de la chercheuse Helen Tai à la lecture d’un article qui racontait comment des bénévoles du T.N.-O. s’étaient chargés de distribuer un don de 25 tonnes de pommes de terre. Opération fastidieuse, coûteuse et génératrice de gaz à effet de serre. Or, s’est dit la chercheuse, une graine de pomme de terre pèse 50 000 fois moins qu’un tubercule. Alors mieux vaut envoyer au T.N.-O. des graines que des tubercules. La chercheuse s’affaire donc à identifier la variété idéale de pommes de terre capable de résister au froid, de pousser rapidement et d’endurer les très longues périodes d’ensoleillement des jours d’été. Dès le printemps prochain, des parcelles de cinq acres seront mises à l’essai après que différents types de graines auront tout d’abord été plantés dans des pots, stockés dans une serre en mars ou avril, avant de rejoindre le sol en mai. À suivre…
Source : ICI Radio-Canada

La face cachée de l’étiquetage sur le devant des emballages

Des chercheurs américains ont dépouillé les données nutritionnelles accumulées entre 1996 et 2011 sur 21 096 produits alimentaires, dans 44 catégories, et provenant de 9 083 marques différentes. Ils ont d’abord comparé les produits sans étiquetage sur le devant des emballages avec ceux dont les fabricants ont volontairement adopté le « front of package » (FOP) labels. Ils ont pu constater que l’étiquetage sur le devant de l’emballage est associé à une reformulation des produits qui améliore leur contenu nutritionnel. Une amélioration accentuée, entre autres, dans le cas des marques dominantes, des produits très mauvais pour la santé comme les grignotines ou encore dans les secteurs où la concurrence est très forte. Qui plus est, les chercheurs ont mis en évidence que dans les catégories d’aliments où au moins quelques produits arboraient l’étiquetage sur le devant de l’emballage, on notait globalement une réduction des calories de 12,5 %, du gras saturé de 12,97 %, du sucre de 12,62 % et de sodium de 3,74 %. Conçu pour mieux informer le consommateur, l’étiquetage sur le devant de l’emballage semble aussi attirer l’attention de l’industrie ! À suivre…
Source : EurekAlert

La Cantine dans les écoles : pour une alimentation saine et accessible en milieu scolaire

L’organisme la Cantine pour tous réalise une première au Québec avec ce programme qui va permettre, dès cette semaine, d’offrir des dîners sains et abordables à plus de 3000 élèves de 15 écoles primaires. Les parents qui veulent se prévaloir du service n’ont qu’à commander en ligne le repas de leur enfant. Afin de faire tomber les barrières économiques limitant l’accès à une saine alimentation, l’organisme s’assure que la contribution des parents soit confidentielle, jusqu’à un montant minimal d’un dollar; la différence étant comblée par le programme. Les dîners sont cuisinés par des traiteurs locaux issus de l’économie sociale et payés au juste prix pour le faire. Du même coup, ce partenariat permet de renforcer le lien entre les écoles et les organismes communautaires de leur quartier. À l’heure actuelle, La Cantine dans les écoles est présente à Québec, Sherbrooke, Dolbeau-Mistassini et Montréal, mais l’organisme prévoit le déployer à l’échelle de la province au cours des prochaines années. C’est un premier pas fort prometteur en vue de se doter d’un programme d’alimentation scolaire universel.
Source : La Cantine pour tous

Santé et société

Découvrez l’environnement sonore des forêts du monde dans le confort de votre foyer

Depuis le début du confinement, rares sont ceux qui ont eu le privilège de voyager à l’étranger. Alors pour tromper cette soif inassouvie de dépaysement, pourquoi ne pas écouter la mélodie trépidante d’une cascade au Chili, le battement de la pluie tropicale au Ghana ou le chant des singes d’or du Sichuan en Chine ? C’est tout à fait possible grâce à la carte sonore collaborative baptisée « Sounds of forest » (Sons des forêts) lancée par les organisateurs du Timber Festival, un événement britannique qui célèbre la forêt, mais annulé cette année pour cause de pandémie. Cette carte sonore est littéralement une bibliothèque collaborative à laquelle tous peuvent contribuer. Il suffit d’enregistrer environ une minute d’audio, de prendre une photo des lieux et de remplir un formulaire sur le site de Timber pour faire connaître au reste du monde un bout de forêt que l’on aime fréquenter. Ces archives sonores, placées dans une base de données ouverte, peuvent être utilisées par des artistes qui souhaitent créer une œuvre musicale ou visuelle et la soumettre pour l’édition 2021 du festival Timber. Bon voyage.
Source : WeDemain

Fusionnés depuis novembre 2019, le RQVVS et le CAMF deviennent Espace Muni

Le Réseau québécois de Villes et Villages en santé (RQVVS) et le Carrefour action municipale et famille(CAMF) viennent de dévoiler leur nouvelle identité qui incarne désormais cette mise en commun des forces et des missions de chaque organisation. Espace MUNI a donc pour mission d’accompagner les municipalités qui souhaitent améliorer la santé globale et la qualité de vie de leurs citoyens dans une perspective de développement des communautés dans un environnement municipal durable et inclusif. Espace MUNI, qui regroupe désormais plus de 400 municipalités et MRC du Québec, offre donc aux acteurs municipaux un guichet unique où s’informer, discuter, échanger, obtenir des données pertinentes et s’inspirer de pratiques prometteuses en lien avec le développement des communautés, les enjeux sociaux, la qualité de vie et le bien-être des citoyens. Longue vie à Espace MUNI.
Source : Carrefour action municipale et famille

Activité physique

enfant-parapluie-parc

Plaidoyer pour le plein air, peu importe les conditions météorologiques

Professeur de linguistique écologique à l’Université de Gloucestershire, Arran Stibbe souhaite réformer la terminologie utilisée dans les bulletins météorologiques. Il déplore que le beau temps soit invariablement associé à la présence du soleil et de la chaleur. Pourquoi, demande-t-il, ne parle-t-on jamais de la pluie en termes élogieux pour souligner à quel point elle est rafraîchissante, revigorante et source de vie ? Cette obsession d’un ciel sans nuage, sans une goutte de pluie, fausse, selon lui, notre rapport à l’environnement. Comme si le plein air ne pouvait s’apprécier que d’une seule manière : par beau temps. Or, plaide-t-il, il n’y a pas de mauvais temps. Les différentes conditions météorologiques sont autant d’habits qui parent nos paysages et qui nous permettent de les vivre en autant de manières. Les enfants, surtout, doivent apprendre à jouer dehors, peu importe la température. Arran Stibbe invite d’ailleurs parents et enseignants à consulter son plaidoyer (en anglais) pour lancer la discussion et changer notre vocabulaire comme notre comportement à l’égard de la neige ou de la pluie.
Source : Treehugger

Aménagement

Saint-Hyacinthe : un parc aménagé pour les personnes vivant avec un handicap

C’est l’un des premiers parcs entièrement accessibles aux personnes handicapées de la grande région de Saint-Hyacinthe qui vient d’être inauguré, tout juste devant l’école René Saint-Pierre. Ce nouveau parc est d’autant plus le bienvenu que l’école René-Saint-Pierre offre de l’enseignement primaire et secondaire aux élèves ayant des besoins particuliers, notamment les jeunes polyhandicapés. Ses aménagements tiennent compte des différentes capacités de chacun et sont dotés de composantes de jeu qui favorisent l’exploration tactile, motrice, cognitive et sensorielle. Il est conçu pour offrir un milieu de vie inclusif puisqu’il sera fréquenté tant par les élèves de l’école que par les membres de la communauté. Un parc, donc, ancré au cœur de son quartier
Source : Ville de Saint-Hyacinthe

Financement pour améliorer les infrastructures et les aires de jeux extérieurs des centres de la petite enfance

Dans le cadre de la Subvention pour les projets d’investissement en infrastructure (SPII) destinée aux centres de la petite enfance, le gouvernement du Québec annonce l’octroi d’une aide financière de 4 millions de dollars. Ce montant permettra la réalisation de 120 projets, jusqu’à hauteur de 50 000 dollars chacun, et qui permettront aux tout-petits de développer leur plein potentiel en toute sécurité. De ce nombre, 57 projets en aménagement ou réaménagement d’aires de jeux extérieurs se partageront une enveloppe de 2,2 millions tandis que 1,8 million de dollars seront alloués à la réalisation de 63 projets d’infrastructure ou encore de rénovations nécessaires et urgentes. Ces nouveaux espaces vont permettre aux tout-petits de s’amuser tout en socialisant et en pratiquant des activités physiques dans un milieu sécuritaire.
Source : Gouvernement du Québec

Journée de l’Arbre de la Santé 2020 :  au profit des CHSLD

Pour sa 6e participation à la Journée de l’Arbre de la Santé, Nature Québec a décidé, cette année, par le truchement de son programme Milieux de vie en santé, de planter des arbres sur les terrains de CHSLD à Trois-Rivières et Québec. L’organisme souhaite contribuer à l’amélioration de la qualité de vie des aînés qui ont été durement éprouvés par la COVID-19 et par le nombre record d’épisodes de canicule cet été. La plantation d’arbres, rappelle Nature Québec, contribue à lutter à la fois contre les îlots de chaleur et la pollution de l’air, ce qui représente l’un des remèdes les plus efficaces pour limiter le risque de maladies cardiaques et pulmonaires, notamment chez les plus vulnérables. Plus que jamais, précise l’organisme, il devient nécessaire d’offrir à nos aînés des espaces extérieurs où ils peuvent se rencontrer, en sécurité, à la fraîcheur et à l’ombre, et surtout en dehors des murs de béton de leur établissement.
Source : Nature Québec

Environnement

Finlande : La ville de Lahti sacrée capitale verte de l’Europe pour 2021

Depuis 2010, la Commission Européenne décerne ce prix pour récompenser les villes pionnières en matière de mode de vie urbain respectueux de l’environnement. Lathi s’est démarquée, entre autres, par sa transition énergétique, elle qui l’an dernier a abandonné l’utilisation du charbon. Dans un pays qui compte devenir carboneutre d’ici 2035, Lathi fait d’ailleurs figure de proue en se fixant pour objectif d’y parvenir dès 2025. C’est notamment grâce à la participation de ses citoyens dont les déchets ménagers sont recyclés à 96 %. Autre initiative notable, qui faisait d’ailleurs l’objet d’une de nos rubriques en août dernier, Lathi récompense ses écocitoyens qui optent pour les transports en commun, le vélo ou encore la marche, en remplacement de la voiture. Ces derniers reçoivent alors en compensation des euros virtuels qu’ils peuvent échanger contre des entrées à la piscine, par exemple, des titres de transport collectif, ou même des denrées alimentaires. Comme quoi une ville de taille moyenne peut devenir, avec de l’imagination, une véritable capitale européenne.
Source : WeDemain