En rafale

Survol de l’actualité : 4 février 2020

Le 4 février 2020

Télécharger le PDF

Au menu cette semaine, un casque obligatoire pour… les automobilistes ? Paris, bientôt la ville du quart d’heure ? Une taxe sur le sucre pour la santé de nos enfants ?

Mobilité durable

Vienne : une prime à la culture pour les adeptes du transport actif

La capitale autrichienne va bientôt lancer une application mobile pour justement contribuer à la mobilité durable. Grâce à un système de traçage, l’application déterminera le mode de transport de l’utilisateur et l’étendue de son trajet pour ensuite calculer les économies de CO2 réalisées en comparaison de l’auto solo. Chaque fois qu’un piéton, un cycliste ou un usager du transport collectif aura évité d’émettre 20 kg de CO2, il recevra un « jeton culture » échangeable contre une entrée dans un des quatre établissements qui participent à ce projet pilote : musée, salle d’exposition, salle de concert et théâtre. Selon les estimations, quinze jours de transport actif devraient suffire pour mériter un jeton culture. D’une durée de 6 mois, ce projet sera lancé le 26 février prochain auprès de 1 000 participants. Et si l’expérience est concluante, les « jetons culture » pourront profiter à l’ensemble de la population dès l’automne.
Source : Journal Métro

Et si le port du casque était obligatoire pour les automobilistes ?

Bien qu’une telle proposition ait de quoi faire sourire, elle n’a rien de farfelu. À preuve, le gouverneur de l’État de New York n’en écarte pas d’emblée la possibilité, pourvu qu’on lui fournisse des données probantes. Or ces données existent. Toutes proportions gardées, les automobilistes courent plus de chance de subir un traumatisme crânien que les cyclistes. Selon des études menées aux États-Unis, chaque année, de 50 à 70 % des 1,7 million de traumatismes crâniens surviennent à la suite d’un accident de voiture. Évidemment, malgré les faits, ce n’est pas demain la veille que le port du casque deviendra obligatoire pour les automobilistes. La raison principale pour laquelle certains chroniqueurs évoquent cette idée, c’est pour en faire une preuve par l’absurde. Autrement dit, s’il n’est pas obligatoire pour les automobilistes de porter le casque, alors pourquoi vouloir l’imposer aux cyclistes ? Surtout quand des études montrent que la mise en application de telles lois engendre parfois une hausse de  taux d’adhésion du port du casque plus faible que le taux de désaffection de la bicyclette.
Source : TreeHugger

Les navettes électriques autonomes : véritable technologie disruptive ?

Les voitures autonomes font miroiter la promesse de s’imposer comme le mode de transport du futur. Pourtant, elles ne vont pas régler les problèmes de congestion routière ni diminuer les besoins exorbitants en espaces de stationnement. Ce que la compagnie General Motors commence à réaliser puisque, comme d’autres constructeurs envisagent de le faire, elle s’apprête à passer au paradigme de l’économie de fonctionnalité dans laquelle le produit devient un service. Ce qui se traduit pour le constructeur par le lancement d’une navette électrique, autonome et, surtout, partagée ! Bref, ce n’est pas un véhicule que l’on pourra se procurer chez un concessionnaire, mais plutôt un service de transport auquel on pourra s’abonner. N’en déplaise à Elon Musk, l’ère de la voiture automobile privée, qu’elle soit autonome et électrique, tire à sa fin.
Source : TreeHugger

Paris, bientôt la ville du quart d’heure?

Voilà la feuille de route que propose la mairesse de Paris, si elle est réélue : faire en sorte que les habitants de la Ville Lumière vivent dans des quartiers où ils demeurent à 15 minutes, à pied ou à vélo, de leur lieu de travail, mais aussi des commerces de proximité, des points de service, des parcs, etc. La vision d’Anne Hidalgo s’inspire des travaux de Jane Jacobs pour qui la proximité a toujours été l’élément clé de la vitalité d’une ville. Or, depuis trop longtemps, l’humain a été oublié dans le processus de planification urbaine. Pour replacer le citoyen au cœur de la cité, Anne Hidalgo propose, entre autres, de multiplier les usages des infrastructures déjà existantes en dehors de leurs heures régulières. Par exemple, d’ouvrir les écoles à la communauté les soirs et les fins de semaine. Elle souhaite multiplier les espaces verts, les lieux de rencontre afin de resserrer les mailles du tissu social dans une ville, pourtant si belle, mais où nombre de gens se sentent stressés et esseulés. À suivre…
Source : FastCompany

Santé et société

Santé des enfants : on propose une taxe sur le sucre et une diminution des quantités de sel

La Société canadienne de pédiatrie (SCP) presse les élus d’agir. Elle estime que le tiers des enfants du Canada sont en surpoids ou obèses, ce qui les expose à des risques accrus de souffrir du diabète de type 2, d’hypertension ou d’accidents vasculaires cérébraux, à court terme ou plus tard dans leur vie. En cause : l’alimentation. Les pédiatres recommandent donc l’application d’un droit d’accise d’au moins 20 % sur toutes les boissons contenant du sucre ajouté. Les revenus générés par une telle taxe devront servir à accroître le financement des programmes pour une vie saine et active, à subventionner les fruits et les légumes, à améliorer l’accès aux activités physiques ainsi qu’aux programmes de littératie alimentaire. Dans le même ordre d’idée, la SCP recommande de fixer des cibles obligatoires de réduction du sodium dans l’industrie alimentaire, de réglementer la publicité des aliments à forte teneur en sodium auprès des enfants et des adolescents et d’exiger l’étiquetage sur le devant des emballages des aliments à forte teneur en sodium. Les élus doivent maintenant choisir entre les performances économiques de compagnies privées et la santé de la population, surtout celle des jeunes.
Source : Société canadienne de pédiatrie

Nouveau guide : Prévenir et contrer l’intimidation à l’égard du poids dans votre école

L’Association pour la santé publique du Québec (ASPQ) vient de lancer un nouveau guide de pratique à l’intention des enseignants. Qu’il s’agisse d’embonpoint, d’obésité ou même de maigreur, l’intimidation à l’égard du poids dans les écoles primaires du Québec est un phénomène beaucoup plus répandu qu’on ne le croit. Ainsi, au cours de la dernière année, près de 2 parents sur 5 ont rapporté que leur enfant, ou l’un de leurs enfants, a été intimidé à cause de son poids. Ces situations peuvent entraîner des conséquences néfastes sur la santé physique et mentale des jeunes, en plus de nuire à leurs performances scolaires. En vertu du plan d’action gouvernemental pour prévenir et contrer l’intimidation 2015-2018 et le projet de loi no 56, ce guide a donc pour objectif d’outiller les enseignants afin qu’ils contribuent à maintenir des environnements sains et sécuritaires pour leurs élèves.
Source : Association pour la santé publique du Québec

Municipalités amies des aînés : Des milieux de vie pour toute la vie

L’organisme Vivre en Ville vient de lancer la démarche Des milieux de vie pour toute la vie afin de soutenir les municipalités amies des aînés (MADA). D’abord l’organisme leur propose un guide pour outiller les décideurs et les professionnels municipaux ainsi que leurs partenaires dans l’élaboration de milieux favorables à un vieillissement actif. Ensuite, Vivre en Ville va offrir des accompagnements personnalisés et des formations adaptées aux municipalités et MRC qui souhaitent s’adapter aux besoins d’une population vieillissante. Cette démarche a été rendue possible grâce à l’appui financier du Secrétariat aux aînés du ministère de la Santé et des Services sociaux dans le cadre du programme QADA (Québec ami des aînés), et est offerte aux MRC et aux municipalités locales reconnues MADA en échange d’une contribution financière réduite. Avant de vous lancer, et pour mieux connaître les besoins de votre municipalité, vous pouvez répondre au court sondage : Planifier l’aménagement de milieux pour une population vieillissante.
Source : Vivre en Ville

Activité physique

activite physique pour les filles

Le programme scolaire The Daily Mile™ contribue à prévenir l’obésité infantile

En 2012, dans une petite école écossaise, naissait le mouvement The Daily Mile. Une fois par jour, durant les heures de classe, les élèves étaient incités à courir, ou à marcher, pendant 15 minutes, ce qui représente plus ou moins un mile à la course. Rapidement, la pratique Daily Mile™ s’est répandue dans l’ensemble du Royaume-Uni pour ensuite traverser la Manche. Au moment d’écrire ces lignes, 10 861 écoles à travers le monde participaient au mouvement, dont 33 au Canada. Or, une récente étude confirme, à nouveau, que les enfants en retirent certains bénéfices. Et, de manière surprenante, cela est plus particulièrement le cas chez les filles. Bien sûr, nuancent les chercheurs, ce programme ne peut à lui seul enrayer l’épidémie d’obésité chez les jeunes, mais il n’en représente pas moins une stratégie d’intervention prometteuse qu’il serait souhaitable d’intégrer à un large éventail de mesures, notamment celles qui améliorent les environnements dans lesquels évoluent les élèves.
Source : EurekAlert

Agroalimentaire

Taxe sur le sucre : Philadelphie a gagné sa bataille, mais l’industrie va gagner la guerre

Depuis son entrée en vigueur, en 2017, la taxe sur les boissons sucrées a permis d’engranger 200 millions de dollars dans les coffres de la ville de Philadelphie. Des sommes qui servent à financer les prématernelles, les écoles de quartier, les bibliothèques, les aménagements de parcs et de centres sportifs. Ce dont les citoyens se disent satisfaits, sans pour autant soutenir l’imposition de la taxe. Tout particulièrement les groupes de pression financés par l’industrie qui, comme d’ailleurs partout au pays, fourbissent leurs armes pour bloquer l’adoption de telles taxes ou même les abolir. Mais le maire de Philadelphie garde le cap, pour le moment. Car les ressources de l’industrie sont quasi illimitées et, dans le cadre d’une guerre, celui qui profite de ressources quasi illimitées est généralement victorieux. La célèbre nutritionniste Marion Nestle le reconnaît, mais fait remarquer que la consommation de boissons sucrées a malgré tout tendance à diminuer. Selon elle, ce combat acharné autour de la taxe aurait aussi des vertus pédagogiques en faisant mauvaise presse aux boissons sucrées. À suivre…
Source : The Bakersfield Californian



Télécharger le PDF