En rafale

Survol de l’actualité : 5 janvier 2021

Le 5 janvier 2021

Au menu cette semaine, une classe de maternelle en pleine forêt, un chic « fast-food » de l’Antiquité et la cigarette électronique toujours sur la sellette…

Alimentation

Natashquan : bientôt un livre de recettes uniquement acadiennes et innues

Cette idée inédite a germé dans la tête de Renée Lapierre, coordonnatrice de la Maison des jeunes L’Entre-deux-Tournants. Le projet a mis à contribution une petite escouade d’ados qui se sont lancés à la recherche de vieux livres appartenant à des tantes ou des grands-mères, en plus de déchiffrer des recettes manuscrites. Au final, les jeunes, parmi leurs trouvailles, en ont retenu 50 qui détaillent toutes des mets acadiens ou innus. Certains sont plus complexes à réaliser que d’autres, mais généralement, ils font la part belle aux produits locaux tels que l’orignal, les fruits de mer et les petits fruits comme les airelles vigne d’Ida. Et, dernière touche d’exotisme, selon la rumeur qui court dans le village, Gilles Vigneault aurait confié sa recette de saumon braisé. Avis aux intéressés.
Source : yahoo!news

États-Unis : les premières recommandations nutritionnelles pour nourrissons

Sur la base du rapport 2020 préparé par le Dietary Guidelines Advisory Committee, le gouvernement américain vient, pour la première fois de son histoire, de formuler des recommandations nutritionnelles qui s’adressent spécifiquement aux nourrissons et aux bébés. Lorsque c’est possible, on préconise nettement l’allaitement maternel durant les six premiers mois. Ensuite, on recommande d’offrir aux jeunes des aliments de chaque groupe alimentaire tout en déconseillant fortement la consommation de sucres ajoutés avant l’âge de deux ans. Cette dernière indication risque d’occasionner des maux de tête à certains parents qui préfèrent opter pour les préparations pour nourrissons, généralement trop sucrées. En effet, selon l’une des premières études menées sur les moins de 2 ans, 85 % d’entre eux consommeraient des sucres ajoutés dans leurs aliments sur une base quotidienne. Et plus ils grandissent, plus les quantités augmentent. Ainsi, de 6 à 11 mois, 60 % des nourrissons absorbent en moyenne une cuillère à thé de sucres ajoutés. De 12 à 18 mois, la proportion de bambins atteint 98 % pour une moyenne de 5,5 cuillères à thé. Comme quoi, la nourriture cuisinée à la maison est toujours préférable à celle préparée en usine…
Source : BBC News

Pédagogie en plein air

Notre-Dame-des-Bois : une classe de maternelle en pleine forêt

Voilà un autre exemple du formidable essor de la pédagogie en plein air qui désormais se pratique aussi bien sur les campus universitaires qu’à la petite école. Deux enseignantes de l’École de la Voie-lactée de Notre-Dame-des-Bois ont mis de l’avant une initiative pour implanter une classe sur un terrain boisé à deux pas de leur école. En recueillant quelques dons, elles ont pu installer une tente de prospecteur équipée d’un poêle à bois afin que les enfants puissent prendre leur collation. Sinon, le reste du temps, ils jouent librement en explorant les possibilités que leur offre l’espace balisé et où ils s’inventent leurs propres univers. Un endroit propice pour développer leur motricité fine, leur sens de l’équilibre, la prise de risque calculée et leurs compétences sociales. Et où il faudra bientôt s’inscrire sur une liste de réservations puisque d’autres professeurs de l’École de la Voie-Lactée et de la Commission scolaire des Hauts-Cantons ont demandé l’accès à cette salle de classe sans murs…
Source : ICI Radio-Canada

Agroalimentaire

Un chic « fast-food » découvert à Pompéi

On aurait tendance à croire que les Américains sont les inventeurs des restaurants-minute. Pourtant, le concept remonte à l’Antiquité. Les Romains leur ont donné le nom de thermopolium (du grec « thermos » pour chaud et « poleo » pour vendre). La seule ville de Pompéi en comptait 80. Ces établissements se caractérisaient par des comptoirs creux qui permettaient de stocker de la nourriture dans des pots de terre cuite. Figé dans le temps par les cendres du Vésuve, en 79 après J.-C., le « thermopolium de Regio V », situé à l’intersection de la rue des Noces d’argent et de l’allée des Balcons, et que des archéologues viennent de mettre au jour, surprend par la qualité des fresques qui ornementent ses comptoirs. Et tout comme les autres établissements du genre, il a permis de révéler une partie de sa carte. Au menu : canard, porc, chèvre, poisson, escargot… Bref, depuis 2 000 ans, il s’est perdu quelque chose, tant en matière de décoration intérieure que de savoir-faire culinaire…
Source : TrustMyScience

Des Micmacs s’attaquent à l’insécurité alimentaire grâce à une serre géothermique

Les communautés des Premiers Peuples qui souhaitent accroître leur autonomie multiplient les projets innovants de culture en serre. On peut penser à la ferme hydroponique conteneurisée des Inukjuamiut, ou encore aux serres chauffées aux énergies renouvelables de la communauté de Gjoa Haven. Cette fois, c’est la Première Nation Potlotek, en Nouvelle-Écosse qui se lance dans un projet de serre géothermique afin de rendre accessibles des produits frais à longueur d’année. Au terme de ce projet, la communauté micmaque disposera également d’un potager, d’un hangar et d’un centre alimentaire. Cette initiative est portée par l’organisme autochtone Digital Mi’kmaq qui travaille aussi avec cinq autres Premières Nations en Nouvelle-Écosse, à l’Île-du-Prince-Édouard, à Terre-Neuve-et-Labrador et au Nouveau-Brunswick. À suivre…
Source : ICI Radio-Canada

Appel d’intérêt pour la relance du Marché public de Longueuil

Les individus, entreprises, organismes et regroupements qui œuvrent dans le secteur agroalimentaire sont invités, par la Ville, à participer à la relance du Marché public de Longueuil. Le renouvellement des activités agroalimentaires du Marché fait partie du plan de relance économique de Longueuil qui vise le déploiement d’initiatives de développement durable en lien avec l’environnement, l’autonomie alimentaire, la ville intelligente, en plus de la mise en place d’une stratégie de soutien à l’économie sociale et à l’achat local. En l’occurrence, la ville de Longueuil souhaite que des organisations qui œuvrent en production et/ou en transformation et/ou en distribution alimentaire durable, s’implantent dans le bâtiment actuel, quitte à en assurer la gestion immobilière, opérationnelle et stratégique. Pour en savoir plus sur cet appel d’intérêt, on peut consulter cet avis. La date limite pour remplir le formulaire de proposition est le 9 février 2021.
Source : Ville de Longueuil

Santé et société

En tant que produit de consommation, la cigarette électronique n’a pas d’impact sur les taux de tabagisme

Une nouvelle revue de littérature semble contredire les cigarettiers qui se portent actuellement à la défense des produits de vapotage. En effet, chez nous, l’industrie du tabac s’alarme du dépôt, par Santé Canada, d’une nouvelle proposition de règlement visant à réduire le niveau actuel de nicotine dans les produits de vapotage, arguant que cela nuirait à leur efficacité en tant que solution de remplacement au tabagisme. Or, des chercheurs de l’Université de la Californie, à San Francisco, montrent que le marché de la cigarette électronique n’a pas d’impact notable sur les habitudes des fumeurs. Certes, les produits du vapotage utilisés dans le cadre d’une stratégie de cessation du tabagisme montrent une certaine efficacité, reconnaissent les chercheurs, mais seulement dans le cadre d’une démarche clinique. C’est pourquoi de nombreux acteurs en santé publique recommandent d’encadrer strictement la vente des produits de vapotage. Afin d’éviter notamment que les jeunes deviennent dépendants à la nicotine. Et qui sait, autoriser un jour les produits du vapotage aux seules personnes qui détiennent une prescription…
Source : EurekAlert