En rafale

Survol de l’actualité : 5 novembre 2019

Le 5 novembre 2019

Télécharger le PDF

Au menu cette semaine, les paquets de cigarettes seront désormais neutres, l’art au service de l’embellissement des rues et les aliments bons pour la santé humaine sont bons pour l’environnement.

Mobilité durable

Harmoniser la tarification des transports collectifs

La plupart des agences de transport sont obligées de poursuivre deux objectifs concurrents : l’équilibre budgétaire et le service aux usagers. Or, les modes de paiement et les grilles de tarification sont susceptibles de décourager les utilisateurs, voire d’engendrer des iniquités. Selon l’organisme TransitCenter, toute agence de transport doit se doter, à ce chapitre, d’une vision stratégique pour que le transport collectif soit accessible, abordable et simple d’utilisation. S’appuyant sur les exemples de San Francisco, Portland et Seattle, TransitCenter a dégagé les grandes lignes d’un cadre de tarification orienté sur l’expérience des utilisateurs. Sauf que la mise en place de ces principes directeurs n’est pas une mince affaire. On peut, par exemple, prendre la mesure du défi que doit relever l’Autorité régionale de transport métropolitain dont la refonte tarifaire devra conduire, d’ici 2022, à l’harmonisation des quelque 700 titres de transport offerts dans le grand Montréal !
Source : TransitCenter

Véhicules utilitaires sport ou chars d’assaut ?

Dans un récent rapport sur la sécurité des piétons dévoilé par la SAAQ, l’une des 10 recommandations proposées vise à « sensibiliser les conducteurs de véhicules routiers à la problématique liée aux angles morts créés par les piliers de pare-brise ». Les véhicules en cause sont principalement les VUS, toujours plus gros et plus robustes. Certes, ils protègent bien leurs occupants, mais ce blindage limite le champ de vision des conducteurs. De plus, ils sont hauts sur roues et présentent souvent un imposant devant à angle droit qui, lors d’une collision, n’offre que peu de chances aux piétons. Si bien qu’on les tient imputables, pour beaucoup, de la hausse des collisions entraînant la mort des cyclistes et des piétons. D’autre part, ils figurent parmi les principaux contributeurs des augmentations d’émissions de gaz à effet de serre. Si bien que des voix s’élèvent désormais pour réclamer qu’on les déclare hors-la-loi.
Source : La Presse

Alimentation

cafétéria scolaire

France : révolution végétarienne dans les cafétérias scolaires

Depuis le 1er novembre, les cafétérias scolaires des écoles françaises doivent servir un repas végétarien par semaine. Cette obligation découle de la « loi pour l’équilibre des relations commerciales dans le secteur agricole et alimentaire et une alimentation saine, durable et accessible à tous » connue sous le nom de la loi Egalim. C’est une véritable révolution dans ces cuisines où les chefs ont plutôt l’habitude de traiter les légumes comme simple garniture. Et ce n’est que le début puisque, d’ici 2022, toujours en vertu de la loi Egalim, les 3,7 milliards de repas servis annuellement en restauration collective, dans tous les établissements chargés d’une mission de service public, devront compter 50 % de produits qui sont de qualité et durables, dont au moins 20 % de produits biologiques. Reste à savoir si les établissements concernés recevront le soutien nécessaire pour effectuer cette transition culinaire.
Source : La Presse

Europe : les grandes marques d’aliments sont toujours en deçà des critères nutritionnels

L’industrie agroalimentaire, de concert avec le Bureau régional de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) pour l’Europe, s’est volontairement imposé des critères pour déterminer quels sont les produits alimentaires assez sains pour être mis en marché auprès des enfants. Or, une étude portant sur 2 691 produits préemballés montre que 48 % d’entre eux ne répondent pas aux critères de l’industrie ni à ceux plus sévères de l’OMS dans une proportion de 68 %. Sont en cause des niveaux de sucre trop élevés dans les céréales et les yogourts, de trop grandes quantités de sel dans les plats préparés, les viandes fumées ou transformées ainsi que les produits de la mer, et trop peu de fibres dans les céréales à déjeuner. Les chercheurs soulignent que les résultats de leur étude offrent un bon aperçu de toute l’étendue du travail de reformulation et d’innovation qui attend l’industrie.
Source : EurekAlert

Santé et société

 

Les paquets de cigarettes neutres débarquent sans tambour ni trompette

Le 9 novembre prochain entre en vigueur la réglementation de Santé Canada qui oblige l’industrie du tabac à emballer ses cigarettes dans des paquets de couleur brune et dépourvus de logos et de motifs distinctifs. Les détaillants auront 90 jours pour écouler leurs inventaires actuels. Cette mesure, selon les défenseurs de la santé publique, place le Canada à l’avant-garde du mouvement mondial de lutte contre le tabagisme. Puisque les grandes compagnies de tabac ne pourront plus utiliser les paquets de cigarettes comme outils de promotion de leurs marques, cela devrait contribuer à diminuer l’exposition des jeunes à ces produits, eux qui sont souvent très sensibles aux attraits que présentent ces designs publicitaires. Les compagnies de tabac, de leur côté, doutent de l’efficacité de cette réglementation. Toutefois, font remarquer les experts, si ça ne fonctionne pas, alors pourquoi l’industrie s’y oppose farouchement dans de nombreux pays ?
Source : Le Devoir

Les produits aromatisés seraient responsables de l’épidémie de vapotage

Une étude américaine tend à montrer que les adolescents qui font usage de produits de vapotage aromatisés sont plus susceptibles d’en conserver l’habitude et de vapoter de manière plus intensive. Voilà des conclusions qui devraient apporter de l’eau au moulin des autorités fédérales américaines qui envisagent justement de bannir les produits aromatisés, une mesure que l’État du Michigan a déjà mise en application. Chez nous, l’Administratrice en chef de la santé publique du Canada et ses pairs des provinces et territoires, dans leur déclaration du 11 octobre dernier, se disent préoccupés par le vapotage. Ils recommandent, entre autres, de réglementer la vente et la publicité des produits de vapotage et des aromatisants. On serait en droit de se demander pourquoi, à ce chapitre, ne traite-t-on pas l’industrie du vapotage tout comme celle du tabac. En effet, depuis 2015, la Loi concernant la lutte contre le tabagisme stipule : « Il est interdit de vendre, d’offrir en vente ou de distribuer un produit du tabac comportant une saveur ou un arôme autres que ceux du tabac (…) ». Il serait sans doute temps de faire preuve de cohérence !
Source : ScienceDaily

Agriculture urbaine

Rosemont – La Petite-Patrie : des potagers tissés serrés

Malgré un environnement bâti assez dense et la forte présence d’arbres matures qui projettent beaucoup d’ombrage, les habitants de l’arrondissement Rosemont – La Petite-Patrie demeurent attachés à leurs jardinets. À l’aide d’images satellites, le Laboratoire sur l’agriculture urbaine (AU/LAB) a cartographié les jardins individuels sur les terrains privés, ainsi que sur l’espace public (devant les maisons), à l’exclusion des jardins communautaires et collectifs. Au total, on dénombre 1 598 jardins individuels qui couvrent au total 27 931 m², soit près de 6 terrains de soccer. Donc, près de 5 % des lots fonciers contiendraient un potager. Or, selon les chercheurs, une bonne proportion des citoyens cultive de tout petits jardins, avec un ou deux plants de tomates, par exemple, et ne sont pas visibles sur les cartographies. Ils estiment ainsi qu’environ 35 % des foyers pratiquent une forme ou une autre de jardinage. Cela dit, en matière de lots cultivés, Rosemont – La Petite-Patrie se situe loin derrière Montréal-Ouest ou Saint-Léonard, qui font partie des 9 municipalités ou arrondissements cartographies à ce jour par AU/LAB
Source : Journal Métro

Aménagement

Des rues plus calmes, plus sécuritaires et plus belles grâce à un petit coup de pinceau

Alors qu’il était maire de New York, Michael Bloomberg avait laissé les coudées franches à sa commissaire aux transports, Janette Sadik-Khan, laquelle, en quelques années, récupérait 180 acres de chaussée en créant une soixantaine de places publiques. Le plus souvent en recouvrant simplement leur surface de peinture, comme ce fut le cas de Time Square. Or, de tels exemples se multiplient à travers le monde, permettant ainsi aux citadins de reprendre une partie de l’espace cédé aux voitures, d’apaiser la circulation, d’embellir leur milieu de vie et de resserrer les liens de leur communauté. Et pour toutes ces raisons, la Fondation Bloomberg vient de publier, dans le cadre de son Asphalt Art Initiative, le Asphalt Art Guide. Ce document propose d’utiliser l’art pour récupérer des voies routières et des infrastructures publiques. Dans sa première partie, le guide analyse 26 initiatives réalisées dans différentes villes de la planète et, dans la seconde, il détaille les outils et les stratégies nécessaires pour mener à bien ce genre de projets. Alors, dès le printemps prochain, à vos pinceaux !
Source : CityLab

Environnement

Les aliments bons pour la santé humaine le sont aussi pour la santé environnementale

Des chercheurs britanniques et américains viennent de publier une étude portant sur 15 groupes d’aliments, dont les fruits, les légumes, les grains entiers, les noix, les légumineuses, mais aussi les viandes rouges avec ou sans transformation. Ils ont classé ces groupes d’aliments selon leurs impacts sur la santé humaine, mais aussi en fonction de leur empreinte environnementale. L’étude montre que les aliments associés à une meilleure santé ont aussi de plus faibles impacts sur l’environnement, à l’exception notable du poisson. À l’inverse, les viandes rouges, qu’elles soient transformées ou non, sont associées à plusieurs problèmes de santé humaine, en plus de laisser les plus lourdes de toutes les empreintes environnementales du secteur de la production alimentaire. Voilà une autre démonstration qui risque de mettre au goût du jour les protéines végétales.
Pour en savoir plus, lire notre article



Télécharger le PDF