En rafale

Survol de l’actualité : 8 septembre 2020

Le 8 septembre 2020

Au menu cette semaine, une première station électrique pour les BIXI, une touche montréalaise sur le pont de Brooklyn et le Défi 100 % local bat son plein.

Aménagement

Laval veut devenir plus verte et plus bleue

Favoriser la résilience des milieux naturels face aux changements climatiques, protéger la biodiversité, privilégier la qualité de vie de la population lavalloise, voilà les priorités majeures qui sont placées au cœur de la vision stratégique Laval 2035 : urbaine de nature. Et pour concrétiser cette vision, la municipalité vient d’adopter trois plans directeurs importants : le premier, en matière de foresterie urbaine; le second, pour les parcs et espaces publics; le troisième, pour la conservation et la mise en valeur des milieux naturels. Ces plans vont notamment guider la mise en œuvre de la Trame verte et bleue de Laval. Parmi les objectifs poursuivis, la Ville souhaite que sa canopée, qui occupe actuellement 23 % de son territoire, passe à 27 %. Elle projette en outre de protéger 14 % et mettre en place un ensemble de milieux naturels connectés les uns aux autres de manière à offrir un réseau de sentiers pédestres et quelque 450 km de sentiers cyclables. Et pour parvenir à ses fins, Laval compte sur la participation des citoyens, des parties prenantes et des acteurs en environnement. À suivre…
Source : Ville de Laval

Transport actif

BIXI Montréal une première station électrique de vélo-partage

Fruit d’un partenariat exclusif avec Hilo, une filiale d’Hydro-Québec, la nouvelle station d’ancrage électrique est située au Cégep Marie-Victorin, dans l’arrondissement Rivière-des-Prairies–Pointe-aux-Trembles. Grâce à cette innovation toute québécoise, la station BIXI électrique va permettre la location de vélos entièrement rechargés à la borne. BIXI Montréal se place ainsi à l’avant-garde en matière d’électrification des vélos en libre-service. Avec ses 1 000 BIXI électriques, ce qui en fait la plus vaste flotte au Canada, l’organisme à but non lucratif offre à ses usagers un mode de transport facile à utiliser, accessible à tous, économique et qui permet de parcourir rapidement de grandes distances sans exiger trop d’efforts. Avec son réseau qui compte actuellement 611 stations, 7 270 vélos standards et ses 1 000 électriques, BIXI s’impose à titre de champion de la mobilité durable.
Source : BIXI

New York : le réaménagement du pont de Brooklyn piloté par une firme montréalaise

Le projet « Brooklyn Bridge Forest » a été retenu parmi plus de 200 propositions provenant de 37 pays dans le cadre d’un concours architectural. La proposition de la firme Pilot Projects Design Collective, à la tête d’une équipe multidisciplinaire internationale, et qui est basée à Montréal, s’est notamment démarquée par l’utilisation du bois durable pour la reconstruction de la passerelle du pont, l’aménagement des belvédères et de nouvelles voies pour les vélos. Le bois utilisé proviendra d’une « forêt partenaire », située au Guatemala, en vertu d’une entente qui va garantir la conservation de 200 000 acres de cet écosystème tropical. Et autres signes des temps, on va créer des mini-forêts et des espaces verts aux extrémités du pont tandis que les espaces voués au transport actif seront triplés. À suivre…
Source : La Presse

Alimentation

Le Jardin botanique s’adonne à l’agriculture urbaine

La célèbre institution à vocation éducative possède depuis longtemps deux jardins réservés aux plantes potagères. Ils ont pour mission d’informer les visiteurs, mais aussi de conserver une grande diversité de légumes afin d’assurer notre autonomie alimentaire dans le contexte des changements climatiques. Or, dès le début de la pandémie, la Ville a demandé au Jardin botanique d’augmenter sa production de légumes afin d’aider les ménages en situation de précarité. Mettant sous le boisseau le volet éducatif de leurs parcelles, les horticulteurs du Jardin ont ainsi doublé la production habituelle pour ainsi distribuer 287 bacs de légumes à des organismes communautaires. Cette initiative, dictée par la crise sanitaire, n’en reflète pas moins l’intérêt de la Ville pour la production maraîchère locale. À ce chapitre, l’administration municipale entend bientôt dévoiler son plan de développement de l’agriculture urbaine, lequel devrait, entre autres, comprendre une production agricole dans le Grand parc de l’Ouest.
Source : La Presse

Pandémie : la quantité d’aliments gaspillés à la maison a augmenté de 13,5 %, sauf que…

Selon un sondage mené auprès de 8 272 Canadiens, dont 1 242 Québécois, le gaspillage alimentaire domestique a légèrement augmenté en passant de 2,03 kg à 2,30 kg en moyenne par semaine. Or, avant la pandémie, un ménage canadien typique dépensait environ 40 % de son budget alimentaire en restauration, un ratio qui est passé à 9 % dès le mois d’avril. Autrement dit, puisque la pandémie pousse les gens à manger près de 50 % plus de repas à la maison, cette légère augmentation du gaspillage alimentaire domestique révèle en réalité que les ménages gèrent mieux leurs inventaires. D’ailleurs, selon ce même sondage, les Canadiens disent que, depuis la pandémie, ils ont changé leurs habitudes en mangeant des restes plus souvent (34,5 %), en examinant plus fréquemment armoires et réfrigérateurs (24,4 %) et en congelant de la nourriture ou en faisant des conserves (22,5 %). Ces bonnes pratiques vont-elles survivre au déconfinement ?
Source : La Presse

circuit court

Le Défi 100 % local bat son plein

Jusqu’au 30 septembre, les Québécois sont invités à devenir des locavores en garnissant leurs assiettes de produits locaux. Ce Défi 100 % local, qui a vu le jour aux Îles de la Madeleine, en est à sa sixième édition. Il souhaite stimuler l’économie régionale, favoriser l’autonomie alimentaire et soutenir les producteurs agricoles du Québec. Qui plus est, en favorisant l’alimentation de proximité, et donc les circuits courts, cela permet de diminuer l’empreinte environnementale des aliments. Enfin, il s’agit d’une excellente manière de découvrir et apprécier les spécialités de sa région. Le Défi est ouvert à tous. Ceux qui s’inscrivent vont recevoir des outils et des conseils durant tout le mois de septembre pour devenir encore plus locavores, en plus de courir la chance de gagner des cadeaux gourmands issus de leur région ! C’est l’occasion idéale de modifier ses habitudes de consommation, car, ne l’oublions pas, au Québec, il est possible de manger local en toutes saisons !
Source : Défi 100 % local

Santé et société

enfant et légumes

Rapport de l’UNICEF : l’enfance est en crise au Canada

Le Bilan Innocenti 16 qui, comme les précédentes éditions, évalue la situation des enfants et des jeunes dans les pays riches, montre que le Canada figure parmi les derniers de classe, occupant le 30e rang sur 38. Situation paradoxale si on considère que notre pays compte parmi ceux qui affichent les meilleures conditions économiques, environnementales et sociales pour grandir. Toutefois, en vertu des trois principaux indicateurs retenus pour ce classement, au chapitre de la santé mentale des enfants, nous occupons le 31erang; pour la santé physique, le 30e; et en matière d’apprentissages et de compétences, le 18e. Les deux seuls indicateurs pour lesquels le Canada se situe dans le tiers supérieur du classement touchent la réussite scolaire des enfants et leur moindre exposition à la pollution atmosphérique. De plus, en dépit d’importantes inégalités, le pays a réalisé des progrès notables en matière de réduction de la pauvreté des enfants et du nombre de jeunes exclus de l’éducation, de l’emploi et de la formation. Cela dit, UNICEF Canada considère que globalement nous sommes aux antipodes en ce qui concerne le bien-être des enfants et des jeunes.
Source : UNICEF Canada