En rafale

Survol de l’actualité : 9 février 2021

Le 9 février 2021

Au menu cette semaine, les zones industrielles de Granby se mettent au vert, bientôt des trottinettes électriques autonomes et la preuve que le stationnement freine le transport actif.

Alimentation

Dommages collatéraux de la pandémie sur les habitudes de vie des Québécois

L’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) vient de brosser le plus récent portrait de la qualité du sommeil, la pratique d’activité physique, le temps consacré aux écrans, la consommation de malbouffe, la consommation de fruits et légumes ainsi que la préoccupation à l’égard du poids chez les adultes québécois. Et, comparées à la même période, l’année précédente, leurs habitudes de vie se sont passablement détériorées. C’est tout particulièrement le cas chez le groupe d’âge des 18 à 24 ans au chapitre de la qualité du sommeil, de l’augmentation du temps-écran, de la consommation de malbouffe et de la préoccupation à l’égard du poids. Ce sont des données inquiétantes, puisque, comme le rappelle l’INSPQ, l’ensemble de ces facteurs peuvent contribuer à l’obésité ainsi qu’à de nombreuses maladies chroniques. Souhaitons que le déconfinement et l’arrivée du printemps deviennent synonymes d’un retour aux saines habitudes de vie.
Source : Institut national de santé publique du Québec

Aménagement

Huit millions de dollars et huit projets de verdissement

À la suite de son premier appel de propositions dans le cadre du Programme de lutte contre les îlots et archipels de chaleur urbains, le gouvernement du Québec a retenu huit projets qui vont notamment se déployer dans des quartiers défavorisés où la population est plus vulnérable aux effets de la chaleur et de la pollution de l’air. Drummondville, Gatineau, Saguenay, Sherbrooke auront chacun le leur tandis que les quatre autres projets vont bénéficier aux populations du grand Montréal. Ce programme s’inspire de la campagne ILEAU (Interventions locales en environnement et aménagement urbain) du Conseil régional de l’environnement de Montréal (CRE-Montréal) et du programme Milieux de vie en santé (MVS) de Nature Québec. D’ailleurs, les projets de la métropole vont bénéficier de l’accompagnement de CRE-Montréal tandis que Nature Québec veillera sur ceux des autres villes. Selon le gouvernement, ces mesures d’adaptation aux impacts des changements climatiques devraient engendrer de nombreux avantages, notamment en matière d’amélioration de la qualité de vie et de la santé physique et mentale, de la cohésion sociale et du sentiment d’appartenance, de l’augmentation de la biodiversité, et de la sécurité alimentaire.
Source : Ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques

Activité physique

Ça marche Doc! Est de retour, mais en version individuelle

L’organisme de sensibilisation aux bienfaits de l’exercice physique a dû renouveler sa formule pour inviter les gens à aller marcher, non plus en groupe, mais en solo ou en compagnie des membres de leur bulle, en vertu bien sûr des directives de la santé publique. Chaque semaine, sous forme de baladodiffusions et de capsules vidéo, des outils seront proposés aux marcheurs pour les motiver et les inciter à bouger. Et pour stimuler leur zèle, Ça marche Doc! a créé une toute nouvelle page Web qui regroupe l’ensemble de ses Répertoires des sentiers hivernaux dans la région de Québec et Chaudière-Appalaches. Cette carte permet aux marcheurs de bien identifier les lieux entretenus l’hiver afin d’obtenir leur dose quotidienne prescrite d’activité physique et de se ressourcer mentalement au contact de la nature. En plus des sentiers pédestres, ces cartes recensent désormais les pistes qu’affectionnent les amateurs de raquettes.
Source : Québec Hebdo

Environnement

Crédit photo : Abdallahh

Trois-Rivières se met à l’économie circulaire

En partenariat avec la Fondation Trois-Rivières durable et Innovation et Développement économique Trois-Rivières, la Ville lançait, au mois d’août 2020, son projet Éclore fonds environnement Trois-Rivières. Et le projet Économie circulaire Mauricie+, de l’organisme Environnement Mauricie, est le tout premier à recevoir le soutien financier du fonds Éclore. En vertu du principe selon lequel les déchets d’une entreprise sont susceptibles de servir de matières premières à d’autres, Économie circulaire Mauricie+ a pour mandat de mettre en lien les différentes filières de production qui peuvent tirer profit de ce type d’ententes. Déjà, depuis la mise en place de ce projet, 192 tonnes de matière résiduelle ont été détournées des sites d’enfouissement, en plus d’éviter les émissions de 230 tonnes de gaz à effet de serre. Voilà une initiative qui rompt avec le modèle traditionnel de production linéaire. Celui d’une société de consommation qui repose sur un ensemble de processus dont la finalité est de transformer de la matière première en déchets… Il faut désormais faire le contraire !
Source : Le Nouvelliste

Agroalimentaire

Granby : des zones industrielles bientôt avec le pouce vert ?

La ville vient d’entamer des démarches pour modifier sa réglementation dans le but de permettre aux entreprises industrielles qui le souhaitent, d’aménager une serre ou cultiver le sol sur leur terrain. Même principe pour les supermarchés qui auraient l’intention de faire pousser des légumes sur leur toit, à l’instar du supermarché IGA Duchemin, dans l’arrondissement montréalais Saint-Laurent. Il est intéressant de noter que Granby répond ainsi aux vœux exprimés par certaines entreprises. Ce qui n’est sans doute pas étranger à la révision des normes en matière de revêtement pour les toits plats des bâtiments de quatre logements ou plus et qui devront dorénavant être blancs et/ou végétalisés de façon à réduire les îlots de chaleur.
Source : Le Soleil

circuit court

Pandémie : l’agriculture soutenue par la communauté connaît un bel essor, sauf que…

Jamais la notion d’autonomie alimentaire n’a tant fait parler d’elle que depuis l’arrivée de la COVID-19. Ce qui s’est traduit par un engouement renouvelé pour les produits québécois. Par exemple, le Réseau des Fermiers de Famille (RFF), qui vend des paniers directement aux consommateurs, a bénéficié, cette année, d’une hausse de ses abonnements de 94 %. Mais, alors que ce modèle d’affaires favorisait auparavant les rapprochements entre producteurs et consommateurs, et même une certaine éducation alimentaire, les consignes sanitaires de santé publique ont alourdi toute la logistique de la livraison pour remplacer la proximité sociale par la distanciation physique. Ce qui risque de refroidir l’intérêt des nouveaux abonnés pour les saisons à venir. Cela dit, il serait toutefois difficile de maintenir un tel engouement sans dépasser les capacités des fermes du RFF. D’autant plus que l’accès à la terre demeure restreint. En effet, au Québec, l’essentiel des terres agricoles sert à nourrir du bétail. Donc, avec seulement de 35 % à 50 % des produits consommés au Québec qui proviennent de chez nous, l’autonomie alimentaire n’est pas pour demain.
Source : La Tribune numérique

Mobilité durable

Capitale-Nationale : bilan positif pour la première année de la Stratégie de sécurité routière 2020-2024

Grâce à des investissements de près de 10 M$, la Ville de Québec a notamment pu aménager 11,9 km de nouveaux trottoirs, mettre en place le cheminement scolaire de 11 écoles primaires, implanter quatre traverses piétonnes munies de panneaux lumineux à pulsation rapide, corriger quatre sites considérés comme les plus accidentogènes, etc. Des mesures qui reçoivent le soutien de la population. Ainsi, 90 % des automobilistes considèrent que la signalisation, les panneaux lumineux et les aménagements indiquant un parcours scolaire sont efficaces pour les inciter à ralentir et à redoubler d’attention. De plus, 80 % des personnes sondées cet automne pensent que l’installation des panneaux de nouvelles limites de vitesse à 40 km/h et à 30 km/h dans les rues résidentielles combinées à des afficheurs de vitesse contribuent à l’apaisement de la circulation. La Ville entend poursuivre sur sa lancée et garde le cap sur l’horizon 2040 dont l’objectif est : zéro décès de piétons et de cyclistes sur tout le territoire. À suivre…
Source : Ville de Québec

Bientôt possible de héler une trottinette électrique ?

C’est l’objectif que vise la compagnie Spin, qui appartient au motoriste Ford. Dans le cadre d’un projet pilote, elle compte, ce printemps, déployer 300 trottinettes électriques dans la ville de Boise, en Idaho. Dotée de trois roues (deux à l’avant, une à l’arrière) elle tient toute seule en équilibre. Et, grâce à son électronique et ses caméras embarquées, un technicien peut, à partir d’un centre de contrôle, la téléguider pour, par exemple, la déplacer dans un endroit où il lui est permis de se garer si le dernier usager a négligé de le faire. Ce projet pilote va en outre permettre à la compagnie de perfectionner le système de positionnement de la trottinette pour qu’elle se conduise elle-même. À terme, les utilisateurs auraient ainsi la possibilité, grâce à une application mobile, de faire venir une trottinette jusqu’au pas de leur porte pour ensuite atteindre leur destination. C’est bien sûr pratique, mais on peut se demander si on pourra ici parler de transport actif…
Source : SmartCitiesDive

Les cases de stationnement sont un frein au transport actif

Une étude vient de confirmer ce que les écologistes soupçonnent depuis longtemps, mais qu’ils n’ont jamais pu prouver : de plus grands stationnements nous font conduire encore plus. Autrement dit, nos bâtiments modulent nos comportements. Ainsi les ménages qui ont accès à une case de stationnement sont plus susceptibles que les autres d’être propriétaires d’un véhicule et seront moins enclins à marcher ou à utiliser les transports collectifs. On doit noter en outre que les chercheurs n’ont pu établir aucune corrélation entre l’offre de stationnement et la situation d’emploi. Bien entendu, si le cadre bâti induit certains comportements, on ne doit pas oublier que les gens font bien souvent le choix d’y vivre. Par exemple, ceux qui aiment marcher pour faire leurs courses vont opter pour des quartiers plus denses dotés de commerces de proximité. Or, cette proximité a pour corollaire d’encourager les gens à marcher plus et à moins conduire. Comme le disait Winston Churchill : « Nous façonnons nos bâtiments. Et après, nos bâtiments nous façonnent ». Il aurait pu dire la même chose à propos des stationnements…
Source : Sightline Institute