En rafale

Survol de l’actualité : semaine du 7 mars 2017

Le 9 mars 2017

Chaque jour apporte son lot de nouvelles qui touchent aux saines habitudes de vie, ici comme ailleurs. Qu’il s’agisse de politiques, de programmes, de réglementations, d’initiatives, de formations et même de débats, voici ce qui a retenu l'attention de l'équipe Veille Action au cours de la dernière semaine.

Télécharger le PDF

Saines habitudes de vie

Trois Québécois sur quatre sont en faveur d’investissements massifs en prévention

Les résultats d’un sondage mené pour le Regroupement pour un Québec en santé (RQS) révèlent que 74 % des Québécois sont en accord avec sa proposition d’accroître les investissements en prévention en santé par le biais d’une augmentation de la taxe sur le tabac et la création d’une taxe sur les boissons sucrées. Selon le RQS, de telles mesures permettraient, entre autres, d’investir 4,8 milliards de dollars sur 10 ans dans la création d’environnements favorables à la santé de toutes et tous.

Source : CNW Telles

Transport actif

Singapour expérimente un des plus beaux abribus au monde

Unique au monde, cet abribus offre des commodités que l’on s’attendrait plutôt à retrouver dans un café, un parc ou son propre salon. Protégé par une marquise sur laquelle poussent des plantes et même des arbustes, l’abribus offre aux utilisateurs un kiosque de livres, en papier aussi bien que des écrans interactifs pour accéder aux horaires du réseau de transport. Bien sûr, le Wifi est disponible, ce qui permet de télécharger des livres électroniques de la bibliothèque nationale via des codes QR. Mais de tous les agréments offerts, celui qui s’avère le plus populaire, c’est la station de recharge pour téléphones portables. Jamais il n’aura été aussi agréable qu’utile d’attendre l’autobus !

Source : CityLab

Infocomm Media Development Authority

Vision zéro accident : Montréal présente ses demandes au gouvernement

À l’occasion de la consultation publique sur la sécurité routière, la Ville de Montréal a réitéré son engagement en faveur de la « Vision zéro accident », et pour mieux y parvenir, demande entre autres au gouvernement d’autoriser les cyclistes à considérer un panneau d’arrêt comme un cédez-le-passage. La Ville souhaite également le maintien de la non-obligation du port du casque et réclame que l’emportiérage soit désormais considéré comme un accident de la route. Toujours dans l’optique de cette Vision zéro, Montréal ferme la porte à toute possibilité de permettre le virage à droite sur un feu rouge.

Source : La Ville de Montréal

La Suède et le Danemark lancent un service de traversier international pour bicyclettes

En Scandinavie, les traversiers pour bicyclettes sont assez courants, mais c’est la première fois qu’un tel service fait la jonction entre 2 pays. Le besoin s’en est fait sentir après l’inauguration du pont Oresund reliant Copenhague à Malmö. Du jour au lendemain, les services de traversiers, qui assuraient le transport des automobilistes, des cyclistes et des piétons, ont cessé leurs activités. Or, le pont Oresund est interdit aux vélos. La seule solution, pour les cyclistes, est de monter à bord du train qui circule sur le pont. Désormais, les adeptes du vélo, et les piétons, disposeront d’un moyen de transport plus poétique pour faire la navette entre la Suède et le Danemark.

Source : CityLab

Le service de vélopartage BIXI à longueur d’année, c’est possible ?

Si l’on en croit la Ville de Toronto, la réponse est oui. Depuis le déploiement de son système de vélo en libre-service, la Ville Reine a constaté qu’elle pouvait réaliser des économies substantielles, car elle n’a pas à démanteler les stations d’ancrage à l’automne pour les redéployer à l’arrivée du printemps. Quant aux usagers, ils ne cessent d’augmenter d’un hiver à l’autre. Toutefois, la situation serait un peu différente à Montréal puisque les stations d’ancrage sont installées à même les rues, ce qui est susceptible de compliquer les opérations de déneigement. Et Montréal reçoit 2 fois plus de neige que Toronto… Mais, chez BIXI Montréal, on poursuit la réflexion.

Source : Le Devoir

Agroalimentaire

L’Academy of Nutrition and Dietetics a échappé de peu à la controverse

Cette association américaine, qui compte plus de 100 000 membres, vient tout juste d’élire sa nouvelle présidente. Seulement deux candidates briguaient le poste. Mais quelques jours avant le vote, on apprenait que l’autre candidate malheureuse, qui s’était présentée à l’élection, avait offert ses services, à titre de consultante en nutrition, auprès d’une vingtaine d’entreprises agroalimentaires, dont les plus gros joueurs des boissons sucrées et des chaînes de restauration minute. Le problème ici, ce n’est pas tant d’avoir entretenu des liens étroits avec l’industrie, mais d’avoir omis de les divulguer puisque chaque candidate était tenue de déclarer ses conflits d’intérêts. Et l’histoire ne s’arrête pas là…

Source : Le nutritionniste urbain

L’Afrique du Sud va taxer les boissons sucrées pour lutter contre l’obésité

À compter du 1er avril, une taxe de 20 % sera appliquée à la vente de boissons sucrées qui contiennent plus de 4 g de sucre par 100 ml, ce qui est conforme aux recommandations de l’Organisation mondiale de la santé. Dans son communiqué, le Trésor national explique : « Globalement, ces mesures fiscales sont de plus en plus reconnues comme des outils complémentaires efficaces pour aider à lutter contre l’épidémie d’obésité au niveau de la population ». En effet, une étude, publiée récemment, a montré que de la taxe « 1 peso » au Mexique, est toujours efficace 2 ans après son implantation.

Source : Yahoo Finance

Les clients de pubs britanniques vont désormais savoir combien de calories contient leur consommation

C’est une première au Royaume-Uni. D’ici le mois prochain, la populaire chaîne de débits de boissons Wetherspoon va indiquer l’apport en calories de chaque marque de bière ou de vin servi au verre. Ainsi une pinte de bière peut aisément dépasser les 200 calories tandis qu’un verre de vin blanc fait environ 175 calories. Mine de rien, une seule consommation correspond à presque 10 % de l’apport quotidien en calories. L’expérience montrera si ce genre d’information conduira les amateurs à une plus grande modération.

Source : The Mirror

Aménagements et urbanisme

Transformer une place publique déserte en un lieu animé : un exemple de réussite à peu de frais

Autrefois, c’était une place publique à la surface bétonnée de la capitale australienne que les piétons traversaient sans presque ne jamais s’y arrêter. Il n’a suffi que de petites interventions peu coûteuses et de beaucoup de couleur pour la rendre tout à coup attrayante. Une dizaine de jours après l’intervention, le nombre de passants avait triplé. Mais surtout, plusieurs d’entre eux s’y arrêtaient pour s’accorder une petite pause et profiter du mobilier urbain mis à leur disposition. Surnommée #BackyardExperiment, cette place, désormais charmante, a fait l’objet d’un court documentaire fort intéressant.

Source : CityLab

D’ici les prochaines années, 25 % des rues seront conviviales à Québec

S’inspirant du concept de rues complètes, les voitures perdront un peu d’espace de manœuvre au profit des piétons, des cyclistes et des espaces verts dans les quartiers résidentiels de la ville de Québec. Un nouvel outil de cartographie a même été dévoilé, lors d’un comité plénier à l’Hôtel de Ville afin d’identifier les rues qui pourront être transformées en rues conviviales et à quelle cadence elles le seront. En septembre prochain, la Ville promet de dévoiler la liste des rues qui ont le potentiel de devenir conviviales grâce à une carte interactive qui sera mise à la disposition des résidants dans le but de les consulter.

Source : Lapresse



Télécharger le PDF